Le fondateur de la banque en ligne pour PME revient sur ses débuts et le rôle de la banque dans la transition numérique des petites et moyennes entreprises.

JDN. Le lancement de Memo Bank a eu lieu fin septembre 2020. Un mois après, la France entre dans son deuxième confinement. Est-ce pénalisant pour vous ?

Jean-Daniel Guyot, CEO de Memo Bank. © Memo Bank

Jean-Daniel Guyot. Nous avions rencontré de bons signes d’intérêt pour notre projet en juin (lors de la présentation de l’offre, ndlr). Il y avait un appétit pour la nouveauté, pour une banque plus technologique, moderne et plus proche de ses clients. Suite au lancement du service fin septembre, nous avons commencé à effectuer des entrées en relation avec toutes les entreprises qui nous avaient contactées. Depuis, nos clients ont commencé à faire des dépôts, des virements, des prélèvements… Et notre système marche bien. Nous sommes dans les chiffres et réitérons notre objectif de 4 000 clients dans quatre ans.

Qui sont vos premiers clients ? Des acteurs de la tech ?

C’est sûr qu’on est un peu connu dans l’écosystème start-up. Finalement, nous avons une énorme variété de clients PME, la fois des industriels, des SSII, des sociétés des services… Il n’y a pas de portrait-robot. 

Excluez-vous les dossiers de sociétés particulièrement touchées par la crise comme les restaurants, les agences dans l’événementiel ou encore les hôtels ? 

Non, nous ne les excluons pas. Notre politique de risque n’est pas définie en fonction d’un secteur. Les banques traditionnelles font souvent des politiques de risque un peu coupées aux couteaux. Elles prennent le code Naf (nomenclature d’activité française, ndlr) et regardent celles dont elles ne veulent pas entendre parler. Ce qui n’est pas du tout notre approche. Nous pensons que chaque PME est différente. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’ouverture d’un compte chez Memo Bank prend quelques jours. Le temps que nos chargés d’affaires comprenne bien l’activité de l’entreprise.

En tant qu’établissement bancaire, vous pouvez offrir des Prêts garantis par l’Etat (PGE). En avez-vous déjà octroyé ?

Nous n’avons pas eu de demandes puisque nous ne sommes pas la banque principale de nos clients. Il n’y a pas de mise en concurrence des banques sur ce sujet. En plus, nos clients ont en général déjà obtenu un PGE. Nous verrons par la suite car nous commençons à devenir la banque principale de certains clients.

Suite à l’annonce du deuxième confinement, le débat sur la transformation numérique des TPE et PME est revenu sur la table. N’est-ce pas aux banques d’aider ces entreprises à se digitaliser ?

“Les banques ne peuvent pas aider les TPE et PME à se digitaliser”

Elles ne peuvent pas aider. Elles sont elles-mêmes dans un processus de transformation. La banque est une des industries les plus en retard sur la transformation numérique. Il y a encore beaucoup de papiers, de traitement par courrier. Leur temps de réponse repose sur un temps postal. Cela n’embête pas une banque de répondre au bout d’une semaine. Le numérique n’est pas dans leur culture. Si on regarde les conseils de surveillance des grandes banques françaises, aucune n’a d’experts techniques. On ne peut donc pas demander à des PME de faire leur transition numérique de façon efficace si leur partenaire bancaire, qui est essentiel, ne les pousse pas à le faire. 

Quelles devraient être les priorités des banques selon vous ?

Leur infrastructure doit être totalement numérique et moderne pour que les délais de paiement soient plus courts, que les paiements entrants ou sortants puissent être faits de manière simple, que d’autres fournisseurs puissent se connecter à leurs interfaces… La racine du problème vient de l’accès aux données. Une fois qu’une PME accède à ses données en temps réel, les utilise et les extrait, elle peut prendre des décisions efficaces. C’est exactement ce que Memo Bank cherche à faire.

Les experts-comptables, qui ont bien engagé leur transformation numérique, ont justement accès à un tas de données sur les PME…

Beaucoup de métiers comme les experts-comptables et les assureurs, du fait de leur structuration avec les agents, ont déjà bien entamé cette transition digitale pour les PME. Quand on parle d’expertise comptable, on parle d’interprétation des données. On peut faire dire beaucoup de choses à la comptabilité. Or, la banque a de la donnée brute et juste. Vous n’allez pas remettre en question un relevé bancaire.

Jean-Daniel Guyot est le cofondateur et CEO de Memo Bank, fondée en mai 2017. Il a également fondé Captain Train (concurrent de Oui-sncf) en 2009, et l’a revendu à son concurrent britannique Trainline en 2016. Il a occupé le poste de directeur international chez Trainline de 2016 à 2018.