Déconfinement : Noël, ski, nouvel an... Ce qui change [DECONFINEMENT] Couvre-feu avancé à 20 heures, réouverture des théâtres et cinémas reportée, déplacements limités le 31 décembre… Le Premier ministre a détaillé l’après 15 décembre.

[Mise à jour du vendredi 11 décembre 2020 à 15h05] Ce jeudi 10 décembre, le Premier ministre a tenu une nouvelle conférence de presse sur les mesures de lutte contre le Covid, accompagné par le ministre de la Santé, Olivier Véran, et le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. La situation épidémique stagnant, voire se dégradant légèrement ces derniers jours, l’exécutif a apporté des aménagements par rapport à ce qu’avait annoncé le président de la République le 24 novembre dernier. En résumé :

  • A compter du 15 décembre, les déplacements seront autorisés en journée, y compris entre régions. L’attestation de déplacement ne sera donc plus obligatoire en journée
  • Un couvre-feu sera instauré entre 20 heures et 6 heures du matin, et non à partir de 21 heures comme initialement prévu et l’attestation couvre-feu fera son retour 
  • Ce couvre-feu s’appliquera également le soir du nouvel an, alors qu’une exception devait être faite le 31 décembre. En revanche, il ne s’appliquera pas pour le réveillon du 24 décembre. L’exécutif recommande un maximum de 6 adultes à table pour les repas de fête
  • Les établissements accueillant du public qui devaient rouvrir le 15 décembre resteront finalement fermés 3 semaines de plus. C’est notamment le cas des salles de sport, cinémas et théâtres. La question de leur réouverture sera réévaluée le 7 janvier
  • L’échéance du 20 janvier est maintenue pour les établissements devant rouvrir à cette date.

Le déconfinement pourra bien débuter le mardi 15 décembre 2020, comme l’avait annoncé le chef de l’Etat le 24 novembre dernier, même si les objectifs de nombre de nouvelles contaminations à ne pas dépasser ne sont pas atteints. Des aménagements par rapport à ce qu’avait indiqué Emmanuel Macron sont toutefois à prévoir : l’attestation de déplacement sera bien supprimée en journée, et les déplacements entre régions permis (un test PCR de moins de 72 heures est nécessaire pour se déplacer depuis ou vers l’Outre-mer), mais un couvre-feu national (hors territoires d’Outre-mer) sera instauré à 20 heures, et non pas à 21 heures, comme l’avait annoncé le président de la République fin novembre. Exception faite du 24 décembre : le couvre-feu ne s’applique pas le soir du réveillon de Noël. Contrairement à ce qu’avait initialement prévu l’exécutif, il s’appliquera en revanche le soir du nouvel an. Les cinémas et salles de spectacle resteront fermées trois semaines de plus que ce qui était prévu. Les rassemblements sur la voie publique sont interdits.

L’exécutif a voulu un déconfinement progressif. Une nouvelle phase doit donc s’ouvrir à partir du 20 janvier 2020. Cette échéance reste maintenue, a assuré le Premier ministre lors de sa conférence de presse le 10 décembre. Si les conditions sanitaires le permettent, de nouvelles ouvertures pourraient donc avoir lieu : salles de sport et restaurants pourraient rouvrir à cette date. Lors d’une consultation avec les professionnels de la montagne le vendredi 11 décembre, Jean Castex a annoncé que les remontées mécaniques pourraient rouvrir dès le 7 janvier 2021, “sauf catastrophe sanitaire”. Les travaux dirigés en présentiel pour des “étudiants ciblés”, susceptibles de souffrir particulièrement d’isolement (étudiants étrangers notamment) pourraient reprendre début janvier 2021, a fait savoir Jean Castex le 10 décembre.

Il n’y a pas eu de déconfinement à proprement parler au 28 novembre, l’attestation de déplacement dérogatoire restant obligatoire jusqu’au 15 décembre. La limite d’une heure et 1 kilomètre autour du domicile pour les déplacements brefs pour les besoins des animaux de compagnie et la pratique d’une activité sportive individuelle a toutefois été portée à trois heures et 20 kilomètres. Par ailleurs, les commerces dits non essentiels, tous les services à domicile (par exemple les salons de coiffure, soins esthétiques, enseignement artistique, cours de sport) ainsi que les bibliothèques ont pu rouvrir, et ce de manière étendue, jusqu’à 21 heures et les dimanche, dans le cadre d’un protocole sanitaire renforcé (limite d’un client par 8 mètres carrés, y compris dans les surfaces de plus de 400 mètres carrés qui doivent pour leur part mettre en place une personne ou un système de comptage pour vérifier que la jauge est respectée).

Les magasins ouvrir jusqu’à 21 heures et le dimanche

Les auto-écoles ont pu reprendre leurs leçons de conduite – les cours de code se faisant cependant toujours à distance – et les agences immobilières ont pu reprendre les visites de biens.

Par ailleurs, les lieux de culte ont vu leur activité étendue. A compter du 28 novembre, tous les rites sont autorisés avec une limite de 30 personnes. Les activités extra-scolaires sont de nouveau autorisées, mais uniquement en plein air. La pratique sportive individuelle, incluant le tennis, le golf, l’équitation, l’athlétisme et la pratique individuelle dans des infrastructures en extérieur (terrains de sport, stade découverts) est de nouveau autorisée. La chasse et la pêche restent autorisées dans les mêmes conditions que les autres activités.

A compter du 15 décembre, il est possible de voyager entre régions (en dehors des horaires de couvre-feu pour les trajets à bord d’un véhicule personnel). Il est donc possible de retrouver ses proches pour les fêtes de fin d’année. Si le couvre-feu, applicable à compter du 15 décembre à 20 heures, ne s’applique pas le soir du réveillon du 24 décembre, il est toutefois recommandé de limiter le nombre de personnes à table à 6 adultes et de s’isoler durant cinq jours avant de retrouver ses proches.

Les vacances de Noël se feront sous couvre-feu de 20h00 à 06h00 du matin sur tout le territoire

Les centres de vacances et colonies de vacances restent fermés. Si les équipements collectifs des stations de sport d’hiver restent également fermés (remontées mécaniques notamment), il sera possible de s’y rendre à titre individuel, les commerces des stations notamment pouvant être ouverts à cette période. Les équipements collectifs pourraient rouvrir dès le 7 janvier 2021, “sauf catastrophe sanitaire”, a assuré le Premier ministre lors d’une concertation avec les professionnels de la montagne le vendredi 11 décembre.

Le 20 janvier devrait marquer la troisième étape du déconfinement, mais les mesures à cette date sont encore floues. Si la situation sanitaire le permet, de nouvelles levées de restriction devraient avoir lieu, et notamment une levée du couvre-feu.

Salles de sport et restaurants peuvent espérer une réouverture à compter du 20 janvier

Les salles de sport et restaurants pourraient rouvrir, probablement avec un protocole adapté. En revanche, rien n’a été annoncé par le président concernant les bars, encore moins les discothèques, les salles de concert et les rassemblements. Le Premier ministre a cependant inclus les bars avec les restaurants dans les possibles réouvertures du 20 janvier.

Les lycées, qui fonctionnent actuellement avec une rotation de demi-groupes en classe et le reste de l’enseignement à distance, pourraient revenir à des effectifs complets.

A compter du 15 décembre 2020, les déplacements sont libres entre régions. Pour les déplacements vers ou depuis un département d’outre-mer, la production d’un test négatif de moins de 72 heures restera obligatoire. Les déplacements vers l’étranger sont possibles à compter de cette date.

Les voyages vers l’étranger possibles à partir du 15 décembre

Les voyages en train sont réservables, et remboursables jusqu’au 7 mars 2021. Cliquez ici pour en savoir plus sur la politique de la SNCF en matière de remboursement.

Le télétravail à 100% maintenu au moins jusqu’au 20 janvier

Depuis la mise en œuvre du deuxième confinement en France fin octobre, les tâches qui peuvent l’être doivent être exercées en télétravail cinq jours sur cinq. Les professionnels qui ne peuvent exercer toutes leurs tâches en télétravail parce qu’ils ont besoin d’équipements spécifiques pour travailler, comme les architectes, peuvent se rendre au travail ponctuellement. Ceux qui exercent des métiers ne pouvant s’effectuer à distance (BTP, intervenants à domicile…) sont quant à eux dispensés de télétravail. Telle est la règle édictée par le gouvernement et transposée dans le protocole sanitaire en entreprise. Cette règle est maintenue au moins jusqu’au 20 janvier.

Contrairement au confinement du mois de mars, les établissements scolaires sont restés ouverts, même si certains cours se tiennent à distance aux niveaux supérieurs : au lycée, les cours fonctionnent avec des demi-groupes présents en classe et qui tournent, et la seconde moitié des enseignements assurés à distance. A l’université, les cours se font intégralement à distance, à l’exception des travaux pratiques impossibles à réaliser ailleurs qu’en classe.

Ce fonctionnement perdurera au moins pour les semaines qui viennent. En effet, un retour à temps complet des lycéens en cours physique est envisagé pour le 20 janvier, si la situation sanitaire le permet. Si elle se maintient, les étudiants de l’enseignement supérieur pourraient à leur tour retourner physiquement en cours deux semaines plus tard, soit à compter du 4 février, avait annoncé l’exécutif fin novembre. Dans la séance de questions / réponses qui a suivi sa conférence de presse du 10 décembre, le Premier ministre a indiqué que les travaux dirigés pourraient reprendre en présentiel dans les universités à compter dès début janvier pour certains “étudiants ciblés”, particulièrement sujets à l’isolement, citant en exemple les étudiants étrangers.