Le gouvernement américain, sous la présidence de Donald Trump, a placé plusieurs entreprises chinoises sur liste noire en les accusant d’avoir des liens avec l’armée chinoise.

Côté high-tech, des géants comme Huawei ou des fondeurs locaux comme SMIC ont ainsi subi des restrictions commerciales, freinant leur développement, voire les amputant d’une partie de leurs ressources occidentales.

Donald TrumpMais le périmètre d’action de ces mesures restrictives est large et le Wall Street Journal indique que l’administration Trump a évalué la possibilité de placer aussi les géants du Web chinois Alibaba et Tencent sur cette même liste noire.

Reuters rappelle que ce sont les deux plus grosses valorisations boursières asiatiques, pesant à elle deux 1300 milliards de dollars, et qu’il s’agirait là d’un dernier coup d’éclat de Donald Trump avant la passation de pouvoir à Joe Biden le 20 janvier.

Une trentaine d’entreprises chinoises figurent déjà dans la liste noire des Etats-Unis, limitant les possibilités d’interactions avec les entreprises et investisseurs américains.

Le même Donald Trump vient de prendre des mesures contre huit applications chinoises, dont plusieurs éditées par Tencent et Alibaba, de la même façon qu’il s’était attaqué à TikTok en 2020.

Le prochain gouvernement ne devrait pas être beaucoup plus tendre avec les entreprises chinoises, Joe Biden ayant déjà indiqué qu’il poursuivrait la stratégie de restrictions commerciales.