On peut appréhender notre e-Réputation sous quatre angles différents : moi, les autres, ce que je dévoile de moi, ce que les autres disent de moi.

Charité bien ordonnée commence par soi-même : commençons par nous. Il est essentiel que ce soit nous qui inscrivions à un moment donné notre identité – et le plus tôt possible – nos valeurs, nos actions passées et nos projets, pour peu que nous ayons envie ou besoin de le faire. C’est en nous définissant nous-mêmes et en soignant notre image que nous offrirons aux autres une version fidèle de ce que nous sommes, tel que nous souhaitons paraître. Ne jamais oublier que si l’on ne se charge pas de notre propre image, que l’on opte par exemple pour l’invisibilité et la discrétion, d’autres s’en chargeront tôt ou tard pour nous et bien sûr, pas comme nous le désirerions.

Les autres, ils sont aussi importants que ce moi, puisque leur regard, leur avis, leurs commentaires ou témoignages auront un poids considérable sur mon image. Ils doivent si possible retranscrire une version proche de ce que nous sommes, si possible en harmonie avec ce que nous prétendons être. C’est alors que notre e-Réputation sera claire et cohérente. Dans le cas contraire, il est vital de reprendre la main sur notre image ou alors se remettre en question juste avant, puis rebondir autrement avec l’aide d’une stratégie adaptée.

Ce que je dévoile de moi est le grain à moudre que je livre aux autres pour qu’ils puissent m’identifier et me cataloguer. Plus je vais en dire, plus il va falloir que je mesure la dimension et l’impact de mes propos afin de ne pas être obligé de m’expliquer ou de me justifier par la suite. Être ultra communiquant n’est pas sans risque, mais pas sans gain non plus, à condition de rester maître de ses publications et ne jamais s’abaisser à devenir sanguin.

Ce que les autres dévoilent de moi doit en grande partie correspondre ou découler de ce que je livre de moi. D’autres propos peuvent néanmoins être publiés sans s’inspirer de ce que j’ai dit. Il peut s’agir de contenus aussi bienveillants que malveillants. Dans ce dernier cas, il est primordial d’en être le premier informé, ce qui nous contraint à effectuer une veille continue de notre e-Réputation ou celle de notre entreprise.

Quatre angles qui nous démontrent que nous pouvons en maîtriser deux sur quatre, ce qui est déjà énorme. Les deux autres doivent faire l’objet d’une attention rigoureuse, de sorte que si un élément négatif surgit, on puisse y répondre rapidement. “Là où il y a de l’angle, il n’y a pas de plaisir”, disait Flaubert. Alors arrondissant les angles, polissons notre e-Réputation et offrons-nous des nuits profondes et paisibles.

Un contrat e-Réputation à l’année est l’assurance de prévenir plutôt que de guérir ou alors de cicatriser à vitesse grand V. Bon nombre de mes clients ont initialement fait appel à moi en reconnaissant qu’ils n’avaient jamais apporté d’attention à leur e-Réputation, ignorant d’ailleurs ce que ce mot voulait dire. Tout comme un fabricant de produit ou service saisonnier ne doit pas communiquer uniquement durant sa plus belle saison et se taire le reste du temps, une e-Réputation ne doit pas être considérée que sous un angle d’attaque de Trolls et d’urgence. La sérénité et la réactivité ne peuvent être facilitées que par un travail continu et non à l’aide d’un pansement ponctuel.