Le PDG du concurrent de Google Maps en B2B raconte comment la crise a forcé la diversification de l’entreprise pour qu’elle devienne moins dépendante du secteur automobile.

JDN. Comment s’est passée l’année 2020 pour Here ? Vos services de navigation et de cartographie ont-ils souffert de la baisse des déplacements due au covid ? 

Edzard Overbeek, PDG de Here Technologies. © Miquel Gonzalez / Here Technologies

Edzard Overbeek. Il est certain que le covid n’a pas aidé notre business automobile. Nos revenus sont en légère baisse sur l’année 2020. Nous avons en revanche connu un afflux de clients du monde du dernier kilomètre, qu’il s’agisse de sites e-commerce, de restaurants, d’entreprises de livraison de colis ou de repas. Nous avons concentré la majorité de nos investissements en 2020 sur ces secteurs plutôt que sur l’automobile. Nous avons adapté nos systèmes de navigation et de cartographie afin qu’ils prennent en compte les spécificités des déplacements d’un livreur, comme les arrêts fréquents. Ce qui permet d’optimiser leurs tournées de livraison et de proposer une meilleure estimation du temps d’arrivée chez leurs clients. Pour les livreurs de nourriture, notre algorithme peut aussi prioriser l’ordre de livraison selon si les plats sont chauds ou froids. Nous travaillons avec certaines des applications de livraison de nourriture, mais je ne peux pas les nommer. Ce business du dernier kilomètre a cru d’environ 30 à 40% cette année chez Here

Vous avez annoncé en 2019 le lancement d’une marketplace permettant à vos clients de monétiser les données issues de leurs capteurs auprès d’autres entreprises en les mélangeant à vos propres data. Où en est ce business ?

Nous comptons 150 entreprises clientes sur la marketplace, ce qui représente 400 000 développeurs et 80 000 sources de données différentes. Nos clients ont accès à un énorme jeu de données qui mélange données statiques, dynamiques et analysées. La plupart des données proviennent de vendeurs tiers, mais aussi de nos actionnaires (un consortium regroupant Audi, BMW et Mercedes-Benz a acheté Here à Nokia en 2017, puis ouvert son capital à d’autres investisseurs comme Intel, Bosch et Continental, ndlr). Cette activité a cru encore plus que la navigation de dernier kilomètre cette année.

Vous annoncez le lancement d’une offre de mapping as a service, permettant de cartographier des bâtiments et lieux privés. Comment fonctionne-t-elle ?

“Nous avons décidé de commercialiser notre outil interne de cartographie en l’adaptant aux espaces clos”

Nous avons décidé de commercialiser notre outil interne de cartographie en l’adaptant aux espaces clos. Nous avons commencé à le faire avec une entreprise minière australienne, qui avait énormément de données inutilisées provenant de ses capteurs. Nous avons créé une carte d’un de ses sites miniers, sur laquelle nous avons ajouté des couches d’informations provenant de l’entreprise, et connecté le tout à nos algorithmes de navigation pour qu’ils conseillent les meilleurs chemins à emprunter en fonction du type de véhicule utilisé. Nous nous sommes rendu compte que de nombreuses entreprises avaient ce genre de données à leur disposition et ne s’en servaient pas. Tant qu’elles disposent de capteurs (caméras et lidar, ndlr), nous pouvons cartographier leurs sites.

Vous annoncez également l’arrivée d’outils permettant de modéliser en 3D une ville entière. Les maquettes 3D numériques existent depuis plusieurs années et de nombreuses villes en sont déjà équipées. Qu’apportez-vous de plus ? 

Si les modélisations 3D disponibles sont complètement géospatiales, alors nous n’apportons rien de nouveau. Avec Here, le positionnement d’un arbre, d’une fenêtre ou d’une porte d’entrée sont précis à quelques centimètres près par rapport à leur véritable position géospatiale, ce qui n’est pas le cas de beaucoup de solutions sur le marché. Ces modélisations peuvent servir à des villes pour réaliser des simulations de modifications de l’espace urbain. Nous allons également proposer ce mode 3D au sein de nos systèmes de navigation, ce qui pourrait par exemple aider un livreur à trouver plus facilement le bâtiment dans lequel il doit rentrer en ville. Nous souhaiterions aussi faire l’inverse : intégrer nos informations sur le trafic en temps réel à ces modélisations 3D. Ce n’est pas possible aujourd’hui, mais le sujet est à l’étude. 

Edzard Overbeek est le PDG de Here Technologies. Ce Néérlandais dirige l’entreprise de cartographie et de navigation depuis 2016. Auparavant, il a réalisé l’essentiel de sa carrière chez Cisco, jusqu’à en devenir l’un des vice-présidents seniors en 2012.