L'agence d'intérim 100% digitalisée Iziwork lève 35 millions d'euros Ces nouveaux capitaux permettront à la plateforme d’accélérer son déploiement en France et à l’international et de doubler ses effectifs en R&D.

35 millions d’euros, c’est le montant levé par Iziwork, start-up française qui digitalise l’intérim, auprès de Cathay Innovation et de Bpifrance via son fonds Large Venture. Le premier est présent au capital de la jeune pousse depuis 2019. Au total, depuis sa création en septembre 2018, Iziwork a levé 55 millions d’euros.

Iziwork utilise une IA de matching qui permet de recommander le meilleur profil pour chaque mission

L’entreprise digitalise chaque étape du recrutement en intérim, de l’onboarding depuis l’application mobile à la gestion du personnel, en passant par le recrutement. Une intelligence artificielle permet une recommandation du meilleur profil pour chaque mission, et vice versa. “Elle s’appuie sur les critères traditionnels du recrutement, comme le diplôme, l’expérience, la proximité géographique avec la mission ou encore les centres d’intérêt, mais aussi sur les compétences, transverses à l’expérience et les expériences passées des candidats avec Iziwork, détaille le CEO Mehdi Thari. Cela permet de proposer aux candidats des missions un peu différentes de celles auxquelles leur diplôme et leur expérience les prédestinent, ce qui peut leur permettre, parfois, d’aller chercher une meilleure rémunération.” 95% des missions sont pourvues en moins de 4 heures, assure Iziwork. La gestion administrative est quant à elle entièrement automatisée, des relevés d’heures à la paie.

Iziwork recense 25 000 collaborateurs temporaires en mission en 2020

La start-up dispose d’un vivier de plus de 800 000 candidats et 2 000 entreprises clientes en France et en Italie. Elle dénombre 25 000 collaborateurs temporaires en mission en 2020. Crise oblige, “Iziwork a vu le nombre de ses collaborateurs en mission quadrupler entre avril et décembre 2020”. Des intérimaires qui bénéficient “d’un accompagnement en continu au-delà des missions à travers une large palette de services gratuits sur l’application qui visent à accroître leur employabilité et faciliter leur quotidien : acomptes instantanés, compte épargne temps rémunéré 10% par an, formations professionnelles et e-learning personnalisées, téléconsultation médicale, etc.”, énumère l’entreprise.

Déjà présente en Italie, la start-up ouvrira son deuxième pays européen d’ici quelques semaines

Le chiffre d’affaires, sur lequel l’entreprise ne souhaite pas communiquer, a lui aussi quadruplé en 2020. “Nous devrions poursuivre sur la même tendance en 2021, à savoir un quadruplement du nombre de collaborateurs en mission”, indique le patron de la start-up.

Les nouveaux capitaux doivent permettre à la plateforme d’accélérer son déploiement en France et à l’international, avec l’ouverture de nouveaux pays dès 2021 – la première interviendra d’ici quelques semaines – et de doubler ses effectifs en R&D. L’entreprise peut déjà compter sur une équipe de 60 ingénieurs (chercheurs, développeurs, data scientists), soit près d’un quart de ses effectifs actuels, lesquels devraient s’approcher des 350 collaborateurs d’ici fin 2021, estime Mehdi Thari.

Iziwork recrute également des agents partenaires qui commercialisent sa solution. “Il s’agit souvent d’anciens professionnels du secteur. Nous avons reçu 2 000 candidatures en 2020 et en avons retenu 120”, détaille le dirigeant, dont l’objectif est d’atteindre “400 partenaires dès que possible”.