Pour les 25 ans de son existence, l’opérateur Bouygues Telecom amorce un nouveau plan stratégique et veut résolument tourner la page de l’arrivée de Free Mobile en 2012 qui lui a causé bien des complications.

Alors que les recours contre cette arrivée, dont divers aspects sont vus comme une distorsion de la concurrence, de la mutualisation entre Free et Orange à l’absence de cadre fixe de l’Arcep pour y mettre fin, s’épuisent et ne permettent aucun changement de réglementation ni de dédommagement, l’opérateur du groupe Bouygues n’est pas resté inactif et s’est fortement restructurer pour résister aux tentatives de rachat par la concurrence et pour fonctionner en standalone sans devoir s’adosser à quiconque.

bouygues-telecom-logo-HD

Cette phase de transformation étant désormais maîtrisée et portant ses fruits, Bouygues Telecom veut aller de l’avant et lance un nouveau plan quinquennal qui doit l’amener à un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros en 2026, contre 6 milliards d’euros en 2019.

Un plan stratégique très ambitieux

Quatrième opérateur mobile du marché avec 12 millions d’abonnés (contre 13,4 millions pour Free Mobile), ce projet va devoir faire à terme de Bouygues Telecom le deuxième acteur du marché et rattraper SFR et ses 14,6 millions d’abonnés. La 5G permettra-t-elle de changer la donne ?

Plusieurs axes seront privilégiés pour y parvenir : continuer d’améliorer la qualité de son réseau, agréger de nouveaux volumes d’abonnés par des acquisitions (comme Euro-Information Telecom récemment) et consolider sa présence sur le segment des offres d’entreprise, pour le moment aux mains d’Orange et SFR…et alors que Free a exactement la même idée et commence à placer ses pions.

Pour accroître le chiffre d’affaires, il faudra aussi augmenter fortement le nombre d’abonnés à la fibre optique FTTH pour passer de 1,4 millions d’abonnés actuellement à 3 millions. Là encore, l’opérateur est le petit poucet du marché.