Selon une information de Reuters, l’administration Trump a prévenu des fournisseurs de Huawei de la révocation de licences accordées leur permettant de commercer avec le géant chinois des télécommunications placé sur liste noire américaine (Entity List). Huit licences seraient concernées.

Parmi les fournisseurs concernés, Reuters cite le cas d’Intel et laisse entendre que l’approvisionnement en semi-conducteurs pour Huawei dans son ensemble fait l’objet des nouvelles représailles. Huawei et Intel n’ont pas fait commentaires, tout comme le département du Commerce des États-Unis.

Le cas échéant, cette dernière initiative du président américain sortant Donald Trump avant son départ porterait notamment un coup à la gamme d’ordinateurs portables MateBook de Huawei.

huawei-matebook-x

Un dernier cadeau de Trump pour Huawei

Intel fait partie des quelques entreprises ayant jusqu’à présent obtenu des licences d’exportation pour passer outre les sanctions de l’Entity List où figure Huawei pour des raisons de menace à la sécurité nationale et qui s’appliquent par défaut.

Pour Android et avec les smartphones de Huawei, Google n’a par exemple pas obtenu ce type de licence (d’où l’absence de Google Play et des Google Mobile Services), contrairement à Microsoft pour Windows sur les ordinateurs de Huawei.

La question se pose de savoir comment la situation va évoluer avec le tout proche départ de Donald Trump et l’entrée en lice officielle de l’administration de Joe Biden. Peut-être que des points de non-retour ont déjà été atteints…