Reconfinement : un discours de Macron mercredi évoqué [RECONFINEMENT] La décision d’un troisième confinement est sur le point d’être prise, rapporte le JDD ce dimanche. Le président de la République devrait l’annoncer aux Français via une nouvelle allocution télévisée.

[Mise à jour du dimanche 24 janvier 2021 à 09h29] Le reconfinement “n’est plus qu’une question de jours”, titre le JDD ce dimanche. “La décision est sur le point d’être prise”, d’après “plusieurs sources haut placées au sein de l’exécutif” et citées par l’hebdomadaire, qui précise que seuls le calendrier et les modalités restent en débat. Ce troisième confinement devrait entrer en vigueur avant la fin de la semaine et le rester “au moins pour trois semaines”, selon un “ministre important”. Le président de la République devrait l’annoncer aux Français via une nouvelle allocution télévisée. “La date de mercredi, jour du prochain conseil de défense, est évoquée”, poursuit le JDD, qui ajoute que les écoles pourraient rester ouvertes. Contrairement aux deux premiers confinements, les commerces non essentiels ne devraient fermer que partiellement – le JDD évoque une réduction des horaires d’ouverture.

Quelques jours plus tôt, le magazine Entreprendre évoquait un troisième confinement généralisé d’une durée de quatre semaines minimum à compter du 15 février 2021 et une annonce en début de mois, tenant ses informations d’un proche de Jean Castex.

Invité au 20 heures de TF1 ce jeudi 21 janvier, le ministre de la Santé Olivier Véran a assuré que le gouvernement souhaitait “donner sa chance au couvre-feu”, avancé à 18 heures dans tous les départements depuis le 16 janvier dernier. Toutefois, si la situation sanitaire s’aggrave, les restrictions de déplacement seront durcies, a assuré le ministre. “Cela peut aller jusqu’à un confinement si la situation doit l’exiger”, a-t-il précisé. Sur la question du maintien de l’ouverture des écoles, le ministre de la Santé a rappelé que l’exécutif avait “toujours fait le choix, après le premier confinement, de ne pas fermer les écoles. L’éducation de nos enfants est absolument cruciale”.

Les infectiologues fatalistes

72% des Français s’attendent à un prochain reconfinement, d’après un sondage OpinionWay-Square pour Les Echos, dont les résultats ont été dévoilés le 18 janvier dernier. Les propos tenus par les professionnels de la santé, nombreux à qualifier cette hypothèse d’inévitable, et relayés dans la presse ces derniers jours, laissent à penser qu’ils ont raison : “On n’échappera pas à un reconfinement” en France, estime ce jeudi 21 janvier Renaud Piarroux, chercheur en épidémiologie à l’institut Pierre Louis et chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, sur France Info. Le chercheur plaide même auprès du gouvernement pour un confinement “plus tôt, plus efficace, plus court”.

Le nombre de soignants contaminés à l’AP-HP recommence à augmenter, souligne Martin Hirsch

“Un troisième confinement est inévitable”, a également estimé sur France Inter le 19 janvier dernier le chef de service des maladies infectieuses de l’Hôpital Henri-Mondor à Créteil Jean-Daniel Lelièvre. Même son de cloche émis sur RMC par le professeur Axel Kahn, médecin généticien : le reconfinement est “totalement indispensable et inévitable”. Martin Hirsch, le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), expliquait quant à lui mercredi 20 janvier sur France Info que le nombre de soignants contaminés à l’AP-HP recommençait à augmenter. On risque ainsi de se voir se développer le début d’une courbe exponentielle “dans 2-3 jours”, a-t-il précisé. D’où la nécessite, d’après lui, de “peut-être aller au-delà du couvre-feu”. C’est par ailleurs ce qu’avait préconisé le Conseil scientifique la semaine précédente.

La fermeture des écoles en cas de reconfinement ?

En cas de reconfinement, les écoles resteront-elles ouvertes ? Leur fermeture ne sera envisagée qu’en cas de “situation gravissime”, a fait savoir Jean Castex en conférence de presse le 7 janvier dernier. Un dernier recours auquel la vitesse de propagation des variants du virus, notamment du variant britannique, pourrait toutefois conduire le gouvernement. Jean-Daniel Lelièvre s’est quant à lui dit sceptique face à une telle hypothèse au micro de France Inter : “Je pense qu’il faut les garder ouvertes parce que les enfants ne sont pas les vecteurs majeurs de cette infection. On sait qu’il y a des catastrophes psychologiques chez les enfants quand on ferme les écoles, des retards à l’apprentissage pour un certain nombre d’entre eux.” Sans compter les difficultés des familles monoparentales à faire garder les enfants.