Pour ses voeux à la presse, Stéphane Richard, patron d’Orange, a taclé le choix de Free de proposer de la 5G en bande 700 MHz, ce qui permet à ce dernier de revendiquer dès à présent la plus large couverture au prix de débits moindres que sur les bandes supérieures.

Orange, qui a pris la plus grosse part des fréquences en bande 3,5 GHz, entend rappeler sa valeur : “nous avons fait le choix des fréquences 3,5 GHz pour la 5G. Le reste, ce n’est pas de la 5G, même si ça peut en porter le nom. C’est de la 4G améliorée“, a ainsi indiqué le dirigeant, et “tant pis si cela permet à d’autres de revendiquer des taux de couverture trompeurs“, sans citer directement son concurrent.

5g

Outre la bande 3,5 GHz, rappelle Le Figaro, Orange exploite aussi la bande 2,1 GHz pour la 5G “mais uniquement en support“. Et si l’opérateur historique revendique déjà la couverture de 200 villes, Paris n’en fait pas encore partie.

Stéphane Richard appelle toujours à une accélération du déploiement de la 5G après les divers freins rencontrés, en continuant de plaider la cause d’une technologie “qui permet de mieux relever le défi climatique que l’inverse“, argument régulièrement déployé ces derniers mois face aux réticences et aux demandes de moratoire.

Orange n’est pas seul à critiquer la communication de Free. Plusieurs associations font aussi cette distinction d’une 5G étendue mais à moindre débit et critiquent une communication jugée trompeuse.