Discours de Castex : vacances de février, vaccins... Les annonces [DISCOURS CASTEX] Les déplacements entre régions ne sont pas limités pendant les vacances mais le reconfinement, s’il n’est pas nécessaire pour l’instant, n’est pas exclu. Découvrez le reste des mesures détaillées en conférence de presse.

Six jours après son intervention surprise, le Premier ministre Jean Castex a tenu une nouvelle conférence de presse ce jeudi 4 février à 18 heures sur les mesures de lutte contre le Covid-19. Il était accompagné de plusieurs ministres : le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, la ministre du Travail Elisabeth Borne, le ministre de la Santé Olivier Véran et la ministre en charge de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher. Peu d’annonces par rapport aux dispositions déjà en place, mais un appel à la vigilance de tous pour éviter un nouveau confinement et une mise en garde contre les contrôles, dont le renforcement, initié le week-end dernier, est amené à se poursuivre. Le point sur les principaux sujets évoqués.

Vacances de février

  • Pas de limitation des déplacements entre régions
  • En cas de reconfinement pendant les vacances, les vacanciers pourront regagner leur domicile.

Reconfinement

  • “Pour l’instant, il n’y a pas de nécessité de reconfiner”
  • “Un confinement signifierait la fermeture de beaucoup de nos commerces et de nos établissements d’enseignement” et “ne peut donc s’envisager qu’en tout dernier recours”
  • S’il n’apparaît pas nécessaire pour l’instant, un troisième confinement n’est cependant pas exclu.

Télétravail

  • La ministre du Travail Elisabeth Borne appelle à réduire la part des salariés qui ne télétravaillent pas du tout, c’est-à-dire au moins un tiers des salariés dont les postes sont télétravaillables
  • La ministre appelle également les salariés qui télétravaillent un à trois jours par semaine à faire un jour de télétravail en plus, soit un jour par semaine sur site maximum
  • La possibilité de revenir sur site un jour par semaine est maintenue pour les salariés qui ont besoin de cette “soupape”.

Restaurants et autres établissements fermés

  • Pas de perspective de réouverture à court terme pour les restaurants ni pour les autres établissements fermés
  • Le ministère de la Culture travaille à une distinction entre les établissements culturels recevant du public “circulant”, comme les musées, “où on pourrait avoir une ouverture plus anticipée que pour les autres établissements”.

Circulation du virus

  • “La circulation du virus n’a pas sensiblement augmenté au cours des deux dernières semaines”
  • 4 cas de variants d’origine brésilienne ont été identifiés, dans le Var, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes et à la Réunion
  • Les variants sud-africains et brésiliens inquiètent les autorités, notamment en raison des cas de réinfection qui semblent plus nombreux.

Vaccin

  • 1,7 million de rendez-vous supplémentaires seront bientôt disponibles, dont 500 000 pour la deuxième quinzaine de février ouverts dès demain à la réservation et 1,2 million pour le mois de mars ouverts dès le milieu de la semaine prochaine
  • Plus de 100 000 personnes dont près de 70 000 en première injection sont vaccinées par jour
  • Les premiers vaccins d’AstraZeneca seront administrés dès samedi en France, permettant de confier d’ici la fin du mois la suite de la campagne vaccinale aux professionnels de santé de ville
  • Les personnes âgées en Ehpad auront toutes reçu leur deuxième injection d’ici mars
  • La production française de vaccins débutera en mars avec celui de Moderna et se poursuivra en avril avec celui de BioNTech, en mai avec celui de CureVac et en juin avec celui de Sanofi.

Contrôles

  • Le nombre de contrôles respect du couvre-feu a augmenté de 39% le week-end dernier par rapport au week-end précédent et les verbalisations de 53%
  • Depuis le début du couvre-feu le 15 décembre, 177 000 amendes ont été notifiées
  • Le week-end dernier, deux fois plus d’établissements ont été contrôlés que le week-end précédent
  • Le renforcement des contrôles est appelé à se poursuivre
  • Les citoyens Français et binationaux en provenance de pays hors UE ne présentant pas de test négatif ne peuvent être refoulés à l’entrée du territoire mais une amende leur est attribuée
  • Pour les personnes en dehors de l’UE ou les citoyens européens mais non frontaliers, une instruction du Premier ministre va être prise permettant d’éviter les admissions sur le sol national.