Les attaques régulières contre les systèmes informatiques des hôpitaux mais aussi les intrusions dans les réseaux d’entreprises sensibles, publiques comme privées, incitent le gouvernement à prendre des mesures pour renforcer la sécurité numérique d’entreprises d’organisations malveillantes et de fauteurs de troubles.

Le gouvernement français annonce donc un investissement supplémentaire de 1 milliard d’euros pour renforcer les défenses et étoffer l’action de l’Anssi (Agence nationale de sécurité des systèmes d’information).

Le montant s’intègre dans le programme d’investissement d’avenir et vise à consolider les efforts de l’administration publique en matière de cybersécurité mais aussi de donner plus de moyens à l’Anssi pour réaliser ses tests de sécurité des réseaux de l’administration publique.

Hacker

Cela passera également par des centres d’alerte régionaux chargés de détecter précocément les menaces numériques et d’assister rapidement les entreprises touchées.

Former et rassembler

Une bonne partie de l’investissement visera aussi à alimenter les projets de création d’outils numériques dans le domaine de la cybersécurité avec le financement de programmes au sein des grands instituts de recherche français et des efforts de formation de futurs spécialistes en la matière.

En parallèle, le gouvernement français veut renforcer ses liens de coopération avec les autres acteurs européens pour mettre en commun les informations et les ressources afin de renforcer les capacités de veille et de réponse aux nouvelles menaces.

Mais il y a aussi toute une éducation à faire ou à revoir en matière de protection des entreprises, à l’heure où le phishing reste la principale porte d’entrée pour les pirates, tandis que la mise à jour régulière des plates-formes logicielles reste indispensable.