Pour sa constellation de satellites à basse altitude et la commercialisation d’un service d’accès à Internet haut débit et faible latence, Starlink – dans le giron de SpaceX – a obtenu l’aval de l’Arcep en France. L’autorité des télécoms autorise la société d’Elon Musk à utiliser certaines fréquences sur le territoire national.

Dans sa décision, l’Arcep détaille des fréquences radioélectriques des bandes 10,95-12,70 GHz dans le sens espace vers Terre et 14-14,5 GHz dans le sens Terre vers espace. Le gendarme des télécoms précise que les systèmes de Starlink sont soumis à une ” obligation de non-interférence vis-à-vis de tous les autres systèmes et services utilisant ces bandes de fréquences.

Ces fréquences seront celles utilisées par des terminaux utilisateurs de type paraboles qui sont des stations terriennes fixes installées chez des clients résidentiels.

starlink-kit-utilisateur

Trois stations passerrelles en France

Via les sociétés Tibro France et Starlink France, Starlink avait déjà obtenu l’autorisation de l’Arcep pour l’exploitation de fréquences dans les bandes 18 GHz et 28 GHz en lien avec des stations terriennes passerelles (Gateway).

En l’occurrence, il s’agit de trois stations à Gravelines (Nord), Villenave d’Ornon (Gironde) et Saint-Senier-de-Beuvron (Manche) associées au satellite Steam-2B.

Le maire et les administrés de Saint-Senier-de-Beuvron ont signifié leur opposition à l’installation des stations terriennes de Starlink. Neuf boules paraboliques de 2,3 m de diamètre reposant sur des socles de béton (Le Parisien).