Société aérospatiale fondée par le futur ex-patron d’Amazon Jeff Bezos, Blue Origin annonce que des progrès importants sont réalisés sur le lanceur New Glenn et les installations à Cap Canaveral en Floride. Pourtant, ce n’est finalement pas cette année comme prévu que le lanceur lourd réutilisable de Blue Origin volera.

Le vol inaugural de New Glenn a été repoussé avec désormais le quatrième trimestre 2022 en ligne de mire. Dans un communiqué, Blue Origin écrit que son équipe a été en contact avec tous les clients pour s’assurer que le nouveau calendrier répond à leurs besoins de lancement.

blue-origin-new-glenn

Une concurrence américaine féroce

Le report intervient après la décision de l’United States Space Force qui n’a pas sélectionné New Glenn pour son programme National Security Space Launch (NSSL) en Phase 2. Le NSSL est destiné à assurer l’accès à l’espace pour le département de la Défense des États-Unis et des charges utiles du gouvernement américain.

Plutôt que Blue Origin et Northrop Grumman, le choix s’est porté l’été dernier sur l’inévitable SpaceX et l’United Launch Alliance (ULA) qui est une coentreprise entre Boeing et Lockheed Martin. Le NSSL Phase 2 couvre la période de 2022 à 2027. SpaceX et ULA feront voler 34 missions pour la défense américaine avec respectivement une répartition de l’ordre de 40 % et 60 %.

À noter toutefois que Blue Origin fournit le moteur-fusée BE-4 à destination du lanceur lourd Vulcan d’ULA. Pour New Glenn, le premier étage sera équipé de sept moteurs-fusées BE-4 permettant de générer une poussée de 17 100 kiloNewtons au décollage. Il pourra voler 25 fois et atterrir sur un navire en mer. À vérifier… fin 2022 donc.