Où sont les femmes... dans les ESN ? Avec la crise du Covid, les recrutements dans les entreprises de service du numérique ont logiquement baissé en 2020. L’embauche des femmes, déjà notoirement sous-représentées dans ce secteur, n’a pas fait figure d’exception.

Ce n’est pas un secret. Les entreprises de services du numérique (ESN) emploient peu de femmes. En 2016 déjà, le JDN titrait sur “La part incroyablement faible de femmes” dans les grandes ESN. Aucune n’affichait en effet plus de 30% de femmes dans ses effectifs. A l’époque, on parlait d’environ un quart de femmes dans les recrutements, avec Capgemini qui déclarait avoir embauché 24% de femmes en 2014 en France. Atos en prévoyait quant à elle 25% en 2016. Force est de constater que dans 15 des principales ESN en France, cet état des lieux n’a pas réellement changé ces dernières années. En règle générale, les recrutements de femmes représentent entre 20% et 30% du total pour l’année.

La part (nombre) de femmes recrutées par les ESN en France
ESN 2018 2019 2020
Accenture 41,8% (673) 42,6% (519) 48% (394)
Alten NC 23,5% (995) 22,5% (385)
Atos 21 % 25 % 24%
Capgemini NC NC NC
CGI 25 % 28 % NC
Devoteam NC NC NC
Econocom 19 % (269) 20 % (287) 18 %(163)
Inetum (ex-Gfi Informatique) 28% (700) 21,8% (580) 23% (370)
Modis NC 24 % (206) 24 % (117)
Neurones 20% (400) 22% (420) 21% (320)
Open 24 % 26 % 28%
 Orange Business Services NC NC 27%
Scalian 33% (331) 35% (357) 32% (160)
Sii 18,90 % 19,30 % 20,60%
Sopra Steria 29,7% (1295) 30,9%(1271) NC

Si l’on peut noter une certaine amélioration dans certaines entreprises, celle-ci demeure faible. Chez Atos, les femmes représentaient un quart des recrutements en 2019, contre 21% en 2018. Même tendance chez CGI, avec 28% en 2019 au lieu de 25% en 2018. Chez d’autres, les augmentations sont plus minces encore. Chez Sii, on passe de 18,9% en 2018 à 19,3% l’année suivante ou encore de 19% à 20% chez Econocom. Par rapport à ses concurrents, c’est Accenture qui affiche le plus fort taux de femmes dans ses recrutements, celles-ci représentant au moins 40% de l’ensemble des recrutements depuis 2018. Un chiffre qui augmente chaque année, atteignant même près de la moitié des embauches en 2020. Open, Scalian et Sopra Steria suivent, avec les femmes constituant près d’un tiers des embauches environ.

La crise du Covid n’a rien arrangé. Evidemment, quasiment aucune ESN parmi les 15 interrogées par le JDN n’a atteint ses objectifs en matière de recrutements en 2020. Sur les 11 ESN qui ont fourni des chiffres sur la part de femmes qu’elles ont embauchées en 2020, près de la moitié (Alten, Atos, Econocom, Neurones et Scalian) affichent une baisse par rapport à 2019. Les entreprises Accenture, Inetum, Open et Sii ont quant à elles enregistré une augmentation. Cela ne se traduit pas pour autant par des chiffres élevés en termes de parts de femmes recrutées. Chez Sii, par exemple, elles ne représentent qu’une embauche sur cinq. Il reste encore des progrès à faire.