Les services bancaires mobiles sont incontournables et réclamés par les utilisateurs et les opérateurs télécom ont fait beaucoup d’efforts ces dernières années pour tenter de s’imposer dans ce domaine.

Cependant, tous ont échoué à atteindre la masse critique qui aurait permis d’imposer leur services ou d’en faire une référence incontournable. Pour éviter cet écueil récurrent, Orange avait mis les petits plats dans les grands en se rapprochant de Groupama Banque pour fonder Orange Bank, une banque mobile dans l’esprit des néobanques mais avec tout de même l’appui de ses boutiques.

Orange Bank

De gros efforts ont été consentis et du temps a été donné à la plate-forme pour se développer, quitte à être déficitaire au début. Mais après presque quatre ans d’existence, le bilan est en demi-teinte.

Cession en vue

Certes, le service Orange Bank a attiré plus d’un million de clients (avec le tour de passe-passe de l’intégration des clients d’Orange Courtage) mais les pertes sont très importantes, de l’ordre de 600 millions d’euros depuis son lancement; et la possibilité d’un équilibrage des comptes, initialement espéré en 2023, reste toujours hors de portée.

Dans ces conditions, Orange envisagerait de céder Orange Bank à un repreneur, indique le journal Les Echos. Plusieurs candidats auraient déjà manifesté de l’intérêt, parmi lesquels BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale, mais aussi la banque espagnole Santander.

La banque d’affaires Barclays est aux commandes des négociations dont il reste à connaître et le montant et la place d’Orange dans un nouvel organigramme, alors que l’opérateur a beaucoup misé sur sa marque pour attirer des clients.