Depuis que Persévérance s’est posé sur le sol de Mars la semaine dernière, les internautes s’intéressent d’un peu plus près à la mission du robot, mais aussi au robot lui-même. Et une découverte pour certains tourne au début de polémique : le robot à 2,5 milliards de dollars est animé par un processeur qui date de 23 ans.

Beaucoup d’internautes pointent ainsi du doigt un robot façonné autour de technologies obsolètes alors que la NASA a facturées un prix résolument high tech répercuté sur les citoyens américains, mais aussi ceux de différents pays participants au programme via les outils embarqués dans la sonde…

Comme toujours, on retrouve un peu de vrai dans l’histoire : oui, Persévérance est équipé d’un processeur Power PC 750, le même qui animait les iMac G3 d’Apple vendus en 1998. Le processeur n’a rien d’extraordinaire pour les fanas de l’informatique, il ne tourne qu’à 233 MHz et il est donc bien loin des performances des processeurs modernes qui dépassent les 5 GHz…

Perseverance Mac Mars

Mais alors, pourquoi faire appel à un processeur aussi lent pour une mission aussi importante ? Et bien tout d’abord, il ne s’agit pas d’un Power PC 750 standard… Le processeur a subi une transformation par BAE Systems pour lui permettre de résister à des radiations situées entre 200 000 et 1 000 000 rads, mais aussi pour fonctionner sans encombre à des températures oscillant entre -55 et 125 degrés Celsius. Cette transformation à elle seule aurait été facturée 200 000 dollars.

La NASA explique également que le processeur en question est bien suffisant pour mener à bien la mission de la sonde. On apprend par ailleurs que la sonde dispose de 2 Go de mémoire Flash (c’est peu, mais 8 fois plus que Curiosity à titre de comparaison), le tout est associé à 256 Mo de RAM et 256 Ko de ROM. Par ailleurs, Persévérance dispose de son propre système conçu par IBM et Motorola.

Ce qui a conduit au choix de la puce, c’est avant tout sa fiabilité plus que ses performances : il n’était pas question de faire atterrir un rover hors d’usage à peine arrivé sur Mars.