Dans une communication, Apple assimile l’App Store à un ” puissant moteur de croissance économique ” en France. L’écosystème applicatif iOS serait ainsi à l’origine de plus de 250 000 emplois générés en France. Un chiffre pour 2020 avec une croissance de 6 % par rapport à 2019.

Les développeurs français ont généré à ce jour près de 2 milliards d’euros de revenus au total (ndlr : depuis 2008), soit une croissance de 20 % en 2020 par rapport à l’année précédente “, ajoute le groupe de Cupertino en soulignant une même tendance à l’échelle de l’Europe avec 1,7 million d’emplois.

À noter que pour les revenus générés, les gros chiffres d’Apple ne prennent en compte que les achats intégrés aux applications et le montant des sommes effectivement reversées aux développeurs.

La croissance s’inscrit dans une année 2020 particulière marquée par la crise sanitaire du coronavirus et le confinement. Elle a manifestement servi de catalyseur avec une augmentation du temps passé sur l’iPhone et les services en ligne, même si Apple préfère mettre en avant l’innovation des développeurs.

Apple distingue notamment les applications Wilov (assurance automobile), Foodvisor (coaching nutritionnel) et Newzik (transformer des partitions de musique papier en partitions numériques et collaboratives), tout en rappelant son programme d’accompagnement à Station F.

Des chiffres qui servent la défense de l’App Store

Le groupe de Tim Cook revendique avec l’App Store un accès à plus de 1,65 milliard d’appareils Apple dans 175 pays, plus de 180 méthodes de paiement locales et 45 devises acceptées.

Dans son opération de communication, Apple évoque le lancement en début d’année de l’App Store Small Business Program qui permet de réduire à 15 % (au lieu de 30 %) la commission sur les ventes d’applications pour les développeurs n’ayant pas dépassé le million de dollars de revenus sur l’App Store au cours de l’année précédente.

apple-france-app-store-economie
Bien évidemment, c’est également une forme de lobbying de la part d’Apple face à des critiques et enquêtes touchant l’App Store. La Commission européenne serait par exemple sur le point d’engager une procédure contre Apple pour abus de position dominante. Une communication de griefs pourrait être adressée avant l’été selon le Financial Times et Reuters.

Pour de potentielles pratiques anticoncurrentielles avec les règles de l’App Store, la Commission européenne se penche sur ” l’utilisation obligatoire du système d’achat intégré propriétaire d’Apple ” et sur les ” restrictions de la capacité des développeurs à informer les utilisateurs d’autres possibilités d’achat en dehors des applications.