Aux États-Unis, la Federal Communications Commission a publié une liste des équipements et services de télécommunications considérés comme une menace pour la sécurité nationale. Elle comprend cinq entreprises chinoises avec un risque qualifié d’inacceptable.

Huawei Technologies et ZTE figurent dans cette liste, ainsi que Hytera Communications, Hangzhou Hikvision Digital Technology et Dahua Technology. La qualification de menace pour la sécurité nationale par la FCC avait été attaquée en justice par Huawei le mois dernier.

Cette liste fournit des orientations significatives qui garantiront qu’à mesure que les réseaux de nouvelle génération sont construits dans le pays, ils ne répètent pas les erreurs du passé et n’utilisent pas des équipements ou des services qui constitueront une menace pour la sécurité nationale des États-Unis ou la sécurité et la sûreté des Américains “, déclare la présidente par intérim de la FCC.

C’est le 30 juin 2020 que le régulateur américain des télécoms a pour la première fois officiellement désigné Huawei et ZTE comme des menaces pour la sécurité nationale. Cette mesure empêche notamment les équipementiers chinois de bénéficier d’un programme de subventions publiques utilisable par les opérateurs pour améliorer leur réseau.

huawei-logo
Le ton semble en tout manifestement donné. De l’administration Trump à l’administration Biden, le cas Huawei – avec en filigrane des sanctions aux lourdes conséquences via l’Entity List du département du Commerce des États-Unis – n’est manifestement pas prêt d’évoluer favorablement pour le géant chinois.