Dimanche, une fusée Falcon 9 de SpaceX a décollé depuis le Centre spatial Kennedy en Floride avec à bord un nouveau lot de 60 minisatellites de télécommunications Starlink. Ils ont été déployés avec succès en orbite basse pour rejoindre une constellation qui avoisine 1 260 satellites.

Dans le cadre de ce lancement, SpaceX a utilisé pour Falcon 9 un premier étage qui avait déjà volé à huit reprises auparavant. Il a réussi un nouvel atterrissage sur une barge de récupération autonome dans l’océan Atlantique.

C’est ainsi un nouveau record de réutilisation pour SpaceX avec un total de neuf vols pour un même booster de Falcon 9. Il s’approche de l’objectif initial de SpaceX avec la capacité de faire voler dix fois un même premier étage.

falcon-9-booster-b1051-neuvieme-vol-atterrissage
Toutefois, c’est un objectif qui pourrait être dépassé grâce à l’expérience engrangée en matière de remise à neuf et sur les points qui nécessitent une attention toute particulière, notamment pour la protection thermique du booster et les composants du moteur, souligne SpaceNews en citant des propos d’un responsable de SpaceX.

Un tel apprentissage continu peut réserver de mauvaises surprises. En février dernier, la récupération d’un premier étage de Falcon 9 avait échoué lors d’une autre mission Starlink réussie. Pour ce booster, il s’agissait du sixième vol.

L’historique du booster B1051

Le booster B1051 utilisé une neuvième fois dimanche avait volé pour la première dans le cadre du premier vol de démonstration non habité d’une capsule Crew Dragon en mars 2019 avec amarrage à la Station spatiale internationale.

Ce booster B1051 a ensuite été utilisé pour le lancement de trois satellites de télédétection radar de l’Agence spatiale canadienne (RADARSAT Constellation Mission), le lancement d’un satellite radio SXM-7 pour l’opérateur américain Sirius (radio numérique par satellite) et cinq lancements de satellites Starlink.

Entre le lancement du satellite SXM-7 en décembre 2020 et celui de satellites Starlink en janvier 2021 (le huitième vol), il s’était écoulé 38 jours. Entre le huitième vol et le neuvième vol de dimanche, il y a eu 53 jours.