L’entreprise doit franchir plusieurs étapes clés pour vaincre les résistances et valider les conditions de sa transformation numérique.

Le terme “transformation” est aujourd’hui utilisé à toutes les sauces, mais que recouvre réellement ce concept ? Dans son acception la plus courante, une “transformation” désigne un changement de forme, de nature ou d’apparence. Qu’il s’agisse d’une chenille qui devient papillon ou des dunes formées par le vent qui souffle sur le Sahara, notre attention est davantage attirée par la magie et la beauté des phénomènes naturels que par le processus qui en est à l’origine.

S’agissant des relations humaines, une transformation se produit en adaptant et en modifiant nos schémas, nos comportements, nos habitudes et notre façon de penser. Lorsque nous entamons un processus de transformation, nous nous efforçons d’obtenir des résultats positifs. En fait, un changement “positif” correspond simplement à la possibilité de modifier notre comportement et notre capacité de prise de décision dans le but de nous améliorer. Tout processus de changement suit un cycle en cinq étapes :

  • Prise de conscience
  • Désir
  • Connaissance
  • Action
  • Internalisation

À chacune de ces étapes, l’initiateur du changement se heurte à une certaine forme de résistance. Cette résistance et le changement positif sont les deux faces d’une même médaille : pour que le changement soit effectif et durable dans un domaine qui nous tient à cœur, il est nécessaire de vaincre cette résistance pour remettre en cause le statu quo.

La résistance est une force naturelle à laquelle nous nous heurtons dans tous les domaines. Simple en apparence, cette démarche initiée pour améliorer des aspects importants de notre vie — santé, situation financière, carrière ou relations — sera ponctuée de défis imprévus et de choix difficiles qui nous amèneront à douter de notre propre détermination.

De même qu’ils nous aident à faire face aux résistances qui parsèment notre vie personnelle, des outils tels que la concentration, la détermination ou la responsabilité peuvent aider les entreprises à conduire leur transformation numérique.

Des changements individuels positifs

La santé, le bien-être et la forme physique sont autant d’exemples de résistance au changement que nombre d’entre nous ont expérimentés. Indépendamment de facteurs tels que notre âge ou notre état physique, nous cherchons tous à nous améliorer dans ce domaine, que ce soit pour préparer un marathon ou simplement être plus à l’aise au quotidien.

Pour être en bonne santé, il est nécessaire d’avoir conscience de soi-même et de définir une vision, c’est-à-dire une idée précise des objectifs que l’on cherche à atteindre avec un calendrier de résultats. Le désir existant, il reste à créer un ensemble d’habitudes et d’étapes pour le concrétiser — par exemple en allant au bureau à pied plutôt qu’en métro. Il est également très utile d’acquérir des connaissances, d’explorer les possibilités qui se présentent et de les intégrer à nos routines quotidiennes. Agir, piloter l’ensemble du processus, accepter le cycle, réfléchir, modifier et recommencer. Bref, changer nécessite une détermination de tous les instants.

Mais il importe en priorité de changer d’état d’esprit : il est indispensable d’afficher une volonté de fer et d’être prêt à surmonter les résistances qui vont se présenter. Si des milliers de raisons empêchent de faire ce qui était prévu, il suffit d’en trouver UNE BONNE de continuer et de ne JAMAIS renoncer. La suite viendra naturellement.

Résistances dans l’entreprise

Ces principes de “changement positifé” s’appliquent tout à fait au niveau organisationnel. Dans tous les secteurs d’activité, les entreprises veulent devenir “numériques” et tirer parti des nombreuses possibilités offertes par les technologies émergentes. Pourtant, 70 % des programmes de transformation numérique échouent*. Pour quelles raisons ?

La réponse est globalement la même que dans le cas des individus qui interrompent leur programme de remise en forme : absence d’objectifs clairs, manque de responsabilisation, inertie organisationnelle et incapacité à définir les habitudes ou les processus qui guideront l’entreprise vers ses objectifs numériques. De la même manière qu’un individu entame un processus qui le pousse à souscrire un abonnement à un club de gym, à s’équiper des chaussures de sport dernier cri ou à faire ses emplettes dans d’onéreux magasins de produits diététiques sans obtenir de réels résultats, une entreprise peut investir dans de nouveaux logiciels et outils sans avoir mis en place la culture de support indispensable pour devenir “orientée numérique”.

On le voit, la transformation numérique ne se limite pas simplement à la technologie : la culture et l’état d’esprit méritent une priorité équivalente. Ce sont les employés qui stimuleront effectivement l’état d’esprit numérique en partageant leurs compétences et leurs connaissances, ainsi qu’en éliminant les barrières qui vont inévitablement se dresser au fil de leur propre développement.

Vaincre les résistances en cinq étapes

L’entreprise peut jalonner son parcours vers une nouvelle ère numérique de cinq étapes qui l’aideront à vaincre les inévitables résistances et opérer un changement durable.

  1. Définissez votre motivation — En quoi la transformation est-elle importante pour votre entreprise ? Vous trouverez toujours de bonnes raisons de retarder un programme de transformation, mais le fait de comprendre les raisons qui le rendent essentiel vous aidera à aller au bout de votre projet.
  2. Fixez des objectifs réalistes — Où souhaitez-vous que votre entreprise se trouve dans un an, dans cinq ans ? Le changement ne peut se produire du jour au lendemain ; c’est un processus progressif dont les effets se font sentir à long terme. Ne laissez pas des attentes irréalistes freiner votre démarche.
  3. Choisissez les bonnes ressources — Pour produire les résultats escomptés, un programme de transformation doit s’appuyer sur des ressources adaptées et suffisantes, qu’il s’agisse de trouver la plateforme numérique capable de prendre en charge les applications et les machines de votre entreprise, ou de mettre en place les compétences et les systèmes nécessaires à leur optimisation.
  4. Adoptez une attitude positive par défaut — Tout changement est difficile et suscite invariablement des incertitudes. Votre équipe doit être consciente de ces implications et partager votre vision du changement. C’est à cette seule condition qu’elle trouvera la motivation pour vous aider à surmonter les résistances.
  5. Faites preuve de discipline — Il est important de prendre les dispositions qui s’imposent pour combattre l’inertie, dans la mesure où il est trop facile de retomber dans de mauvaises habitudes. Le support et la formation peuvent aider votre équipe à relever les défis auxquels elle sera confrontée, ainsi qu’à intégrer les bonnes attitudes qui accompagnent le processus de transformation au sens large.

Se former à la transformation

La conduite du changement au sein d’une entreprise couvre un vaste périmètre et concerne les personnes, les processus et la technologie. Il est impossible de précipiter l’application de changements dans ces domaines : chacun nécessite une vision et un ensemble de mesures positives pour s’ancrer profondément dans le mode de fonctionnement de votre société.

Selon le temps, les ressources humaines et financières dont dispose l’entreprise, elle devra identifier, planifier et franchir les zones de résistance qui ne manqueront pas d’entraver son processus de transformation en vue de susciter un changement positif sain et durable, sachant que la transformation numérique se prépare comme un marathon, et non comme un sprint.

*McKinsey & Company “Why do most transformations fail? A conservation with Harry Robinson”