Le groupe Microsoft ne manque pas d’idées pour imaginer les datacenters du futur et trouver des solutions assurant leur refroidissement mais aussi la réduction des pannes.

On pense bien sûr au projet Natick d’immersion des serveurs dans un caisson posé au fond de la mer et dont l’analyse a démontré les bons résultats tant en matière de refroidissement que de diminution des pannes en instaurant une atmosphère neutre riche en azote, moins corrosive que l’air ambiant.

De quoi donner au groupe de Redmond l’envie de prolonger les expériences en immergeant des serveurs directement dans un liquide de refroidissement. Un brevet en ce sens avait été repéré en août 2020 et le site The Verge indique que la firme a démarré une expérimentation bien réelle pour tester ce concept.

Microsoft brevet immersion serveur

Illustration du brevet de Microsoft (credit : Patently Mobile)

Des serveurs sont donc complètement immergés dans un bain de liquide fluorocarboné porté à ébullition (50 degrés Celsius) qui, en s’évaporant et se recondensant aussitôt, crée un mouvement de fluide permanent évacuant la chaleur des équipements tout en leur assurant là encore un environnement moins réactif et susceptible de déclencher des pannes que l’air ambiant.

Microsoft serveur rack immersion

La technique est directement inspirée des méthodes utilisées par les cryptomineurs et adaptée à l’échelle des serveurs et l’un des gros avantages par rapport aux solutions classiques utilisées dans les datacenters est de ne pas utiliser d’eau, préservant ainsi la ressource naturelle tout en améliorant la fiabilité des équipements.

Cette “baignoire” à racks permet aussi de disposer de systèmes plus compacts. Microsoft teste cette solution pour le moment à petite échelle mais envisage déjà un usage étendu.