Pour sa prochaine mission habitée vers la Lune dans le cadre du programme Artemis, l’agence spatiale américaine a sélectionné SpaceX. Un contrat à 2,9 milliards de dollars pour la société aérospatiale d’Elon Musk qui va développer un atterrisseur lunaire basé sur Starship.

La Nasa veut utiliser le lanceur SLS (Space Launch System) et la capsule Orion pour transporter quatre astronautes et procéder à un amarrage à la station Gateway qui sera en orbite lunaire. Deux astronautes – dont une femme – de l’équipage se rendront ensuite dans une fusée Starship pour se poser sur la Lune.

Après une semaine sur la Lune, les deux astronautes retourneront en orbite lunaire avec Starship. Le retour sur Terre se fera avec la capsule Orion.

nasa-artemis-atterrisseurs-lune

Pour sa solution et version lunaire de Starship, SpaceX était en concurrence avec Blue Origin (un atterrisseur à trois étages Integrated Lander Vehicle pouvant être lancé par New Glenn et une fusée Vulcan d’ULA) et Dynetics (un atterrisseur à deux étages Dynetics Human Landing System).

La société aérospatiale de Jeff Bezos a décidé de déposer une plainte auprès de la Cour des comptes américaine et conteste le choix de la Nasa pour SpaceX.

Du favoritisme pour SpaceX ?

La Nasa a réalisé une acquisition défectueuse pour le programme Human Landing System et a déplacé les poteaux de but à la dernière minute “, dénonce Blue Origin. ” Leur décision élimine les possibilités de concurrence, réduit considérablement la base d’approvisionnement et non seulement retarde, mais met également en danger le retour de l’Amérique sur la Lune.

Parmi les griefs de Blue Origin, la Nasa ne lui aurait pas donné une opportunité de modifier sa solution après avoir été informée par le Congrès d’un manque de financement, et n’a choisi qu’un seul vainqueur au final alors qu’il était a priori prévu de désigner deux lauréats.

Pour Blue Origin, la Nasa a en outre ” déraisonnablement favorisé ” SpaceX en minimisant les risques pour la conception de sa solution et le calendrier à tenir, et a maximisé les mêmes risques pour sa proposition.

Dans une réaction sur Twitter, Elon Musk… a fait du Elon Musk en soulignant que Blue Origin n’est pas encore parvenu à gagner une orbite. Rappelons que pour son atterrisseur lunaire, Blue Origin s’était tout de même associé à Lockheed Martin, Northrop Grumman et Draper Laboratory.