Depuis la base de lancement de Wenchang (île de Hainan) au sud de la Chine et pour le deuxième vol de son histoire, un lanceur lourd Long March 5B a décollé jeudi avec à bord le premier des trois modules de la future station spatiale habitable chinoise Tiangong en orbite terrestre basse (à près de 400 km d’altitude ; entre 340 et 450 km) .

long-march-5b-decollage-tianheDécollage de Long March 5B ; crédits : CNSA

Mesurant 16,6 mètres de long et d’un diamètre de 4,2 mètres, ce module central baptisé Tianhe a une masse d’un peu plus de 22 tonnes. Il sera véritablement central pour les futures opérations de la station spatiale avec des astronautes qui y vivront et pour contrôler la navigation. Il servira également à accueillir des expériences scientifiques.

Le module Tianhe sera ultérieurement attaché à des laboratoires spatiaux d’une masse totale de près de 70 tonnes.

Le complexe orbital devrait être entièrement opérationnel en 2022 et pour une durée de vie de 15 ans. Placé sur la même orbite en 2024, un télescope spatial Xuntian – doté d’un miroir primaire de 2 m de diamètre – devrait notamment pouvoir s’y amarrer.

La construction de la station spatiale chinoise va se poursuivre avec des missions habitées et des vols cargo robotisés. À destination du premier module, une mission spatiale habitée – Shenzhou 12 – est prévue pour juin prochain avec trois taïkonautes à bord.

La station spatiale Tiangong (Tiangong 3) sera trois fois plus petite que la Station spatiale internationale (ISS) dont est exclue la Chine en raison de la présence des États-Unis. La Chine réitère son ouverture à la coopération internationale dans le cadre de son projet.