Mi-avril, l’agence spatiale américaine a annoncé avoir retenu SpaceX pour le développement d’un atterrisseur lunaire qui sera basé sur Starship. Un contrat à 2,9 milliards de dollars pour SpaceX qui était en concurrence avec des solutions proposées par Blue Origin et Dynetics.

Blue Origin et Dynetics contestent le choix de la Nasa pour SpaceX et les conditions d’attribution du contrat. Ils ont saisi la Cour des comptes américaine. Une décision du Government Accountability Office (GAO) est attendue au plus tard le 4 août.

nasa-artemis-atterrisseurs-lune

À la suite des protestations du GAO, la Nasa a informé SpaceX que l’avancement du contrat HLS (ndlr : Human Landing System) a été suspendu jusqu’à ce que le GAO résolve tous les litiges en suspens liés à ce marché “, a déclaré une porte-parole de la Nasa (Reuters).

Toujours pour 2024 ?

Blue Origin, qui a collaboré avec Lockheed Martin, Northrop Grumman et Draper Laboratory pour son projet d’atterrisseur lunaire, reproche notamment à la Nasa de ne pas lui avoir donné une opportunité de modifier sa solution après l’annonce d’un manque de financement par le Congrès américain.

Parmi d’autres griefs, le fait que la Nasa avait affiché sa volonté de retenir au final deux projets d’atterrisseurs lunaires. Blue Origin pointe du doigt la Nasa pour avoir ” déraisonnablement favorisé ” SpaceX.

L’administration Biden va poursuivre le programme Artemis pour un retour d’astronautes américains sur la Lune. Reste à savoir si la date de 2024 demeure toujours d’actualité, alors que c’est un calendrier qui semble de plus en plus difficile à tenir.