Depuis Boca Chica au Texas, un prototype SN15 (Serial Number 15) de la fusée Starship de SpaceX équipé de trois moteurs Raptor a effectué mercredi (dans la nuit de mercredi à jeudi en France métropolitaine) un vol en haute altitude pour atteindre une altitude d’environ 10 km.

Au cours de la phase ascensionnelle, les moteurs Raptor ont été éteints successivement, puis Starship SN15 a entamé sa chute libre en position horizontale avec la manœuvre dite de belly flop. Avant la tentative d’atterrissage, deux moteurs ont été rallumés pour repositionner le prototype à la verticale et ralentir sa chute sous contrôle.

Actionnés par un ordinateur de vol embarqué pour le contrôle de l’attitude en vol et permettre un atterrissage précis, les quatre volets ont joué leur rôle et les jambes d’atterrissage ont tenu. Même s’il y a eu une petite frayeur avec l’apparition d’un feu à la base de la fusée après l’atterrissage, il a été éteint quelques minutes plus tard.

starship-sn15-atterrissage

Pas d’explosion à déplorer avec un atterrissage en douceur et nominal qui a été confirmé pour Starship SN15. ” Félicitations à toute l’équipe de SpaceX pour le vol et l’atterrissage réussis de SN15 “, peut-on lire sur le site de SpaceX.

La cinquième tentative a été la bonne

Après quatre tentatives, c’est la première fois qu’un prototype de Starship parvient à atterrir en douceur à la suite d’un vol en haute altitude. Entre début décembre 2020 et fin mars 2021, les prototypes Starship SN8, SN9 et SN11 avaient tous explosé lors de la tentative d’atterrissage. Pour Starship SN10, l’atterrissage brutal avait été un succès partiel avec une explosion un peu plus de 8 minutes plus tard.

Avec Starship SN11, Elon Musk – le patron de SpaceX – avait souligné des centaines d’améliorations de conception par rapport aux autres prototypes ayant effectué un vol en haute altitude.

Ces vols d’essai de Starship ont pour but d’améliorer notre compréhension et le développement d’un système de transport entièrement réutilisable conçu pour transporter à la fois l’équipage et le fret sur des vols interplanétaires de longue durée, et aider l’humanité à retourner sur la Lune, à voyager vers Mars et au-delà “, commente SpaceX.

C’est une version de Starship qui devrait notamment être utilisée pour un atterrisseur lunaire et le retour d’astronautes américains sur la Lune. Qui plus est, avec la capacité d’un ravitaillement en orbite. Un choix de la Nasa qui est contesté par Blue Origin et Dynetics qui étaient en lice avec leur propre solution d’atterrisseur lunaire.

Le prototype SN15 représente le futur vaisseau habitable de Starship. Il sera appuyé par un booster Super Heavy. Un ensemble qui mesurera 122 mètres de haut et pourra embarquer plus de 100 tonnes de charge utile en orbite basse.