Au mois de mars dernier, Elon Musk avait officialisé la possibilité d’acheter des véhicules électriques de son groupe Tesla avec des bitcoins. Des débuts aux États-Unis, avant une plus ample disponibilité mondiale dans le courant de l’année. Finalement, Tesla fait marche arrière.

Tesla a suspendu les achats de véhicules en utilisant le bitcoin “, peut-on lire dans une communication du fabricant américain relayée par Elon Musk. ” Nous sommes préoccupés par l’augmentation rapide de l’utilisation de combustibles fossiles pour miner des bitcoins, en particulier le charbon, qui représente les pires émissions de tous les combustibles.

bitcoin

Tesla réitère son intérêt pour les cryptomonnaies, avec l’intention de revenir au bitcoin pour les transactions dès que le minage passera à une énergie plus durable. Le groupe ajoute qu’il examine d’autres cryptomonnaies moins énergivores.

Une consommation d’énergie en forte hausse

En début d’année, Tesla avait acheté pour 1,5 milliard de dollars de bitcoins et il n’est pas question de les revendre. Cette annonce avait eu une incidence à la hausse sur le cours de la cryptomonnaie. Cette fois-ci, c’est évidemment l’effet inverse mais qui a toutefois été rapidement absorbé.

La consommation électrique pour le minage et la sécurisation des transactions en bitcoins, avec une puissance de calcul afin de résoudre de lourdes opérations sur la blockchain, est souvent pointée du doigt.

D’après l’indice CBECI (Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index) créé par des chercheurs de l’université de Cambridge, la consommation électrique annuelle pour le bitcoin est actuellement estimée à plus de 150 TWh (terawatt-heure) avec une tendance à la hausse sur les derniers mois. La fourchette est large en fonction de l’utilisation d’équipements plus ou moins énergivores.

bitcoin-consommation-electricite-cbeci

À titre de comparaison, la consommation brute d’électricité en France métropolitaine a atteint 449 TWh en 2020 (RTE).