Pour sa fusée Electron, Rocket Lab annonce avoir récupéré dans l’océan Pacifique le premier étage utilisé ce week-end dans le cadre du 20e lancement de ce lanceur léger. Il s’agissait de la deuxième tentative de récupération du booster, après une grande première fin 2020 dans l’océan Atlantique.

Le booster a profité d’un nouveau bouclier thermique conçu en acier inoxydable et non plus en aluminium, tandis qu’un nouveau système dédié pour sortir le premier étage de l’eau et le placer sur le pont d’un navire a été employé. Des améliorations imaginées après la première récupération en novembre.

Avec le splashdown – ou amerrissage – en douceur sous parachute et la récupération du premier étage, Rocket Lab avance encore un peu plus pour faire d’Electron un lanceur réutilisable.

rocket-lab-recuperation-premier-etage-electroncrédits : Rocket Lab

Les moteurs sont manifestement en bon état et certains composants peuvent être réutilisés pour de futures missions. Une troisième mission de récupération est prévue dans le courant de cette année.

Perte de la charge utile

Malheureusement, la mission commerciale dénommée Running Out Of Toes n’a pas connu un même succès. Elle s’est soldée par la perte des deux micro-satellites d’imagerie spatiale de Spaceflight Industries pour la constellation BlackSky.

Depuis le Launch Complex 1 de Rocket Lab sur la péninsule de Mahia en Nouvelle-Zélande, Electron a décollé comme prévu le 15 mai et la séparation des étages s’est déroulée de manière nominale. Ce n’a pas été le cas après l’allumage du deuxième étage. Le moteur s’est rapidement arrêté, entraînant ainsi la perte de la mission.

L’anomalie a eu lieu près de trois minutes à la suite du lancement. ” Les examens préliminaires des données suggèrent qu’un ordinateur du moteur a détecté un problème peu de temps après l’allumage, ce qui a amené à une commande d’arrêt de l’ordinateur en toute sécurité comme il est conçu pour le faire.

Rocket Lab ajoute que le deuxième étage est resté dans le couloir de sécurité prédéterminé pendant le vol. L’examen complet des données devrait être terminé dans les semaines à venir pour éclaircir les raisons précises de l’échec. Les excuses de rigueur sont évidemment présentées pour la perte de la charge utile de BlackSky.