Le marché des produits reconditionnés profite d’une belle croissance en s’appuyant sur les principes de l’économie circulaire, de l’allongement de la durée de vie des produits électroniques et de leur recyclage.

Il est également porteur d’emplois, dont ceux de réinsertion professionnelle, et offre ainsi un modèle économique complet et se voulant responsable et respectueux des problématiques environnementales.

Parmi les différents acteurs, l’entreprise Back Market vient de passer un cap en devenant l’une des licornes françaises, à savoir une société non cotée atteignant une valorisation d’au moins 1 milliard d’euros.

smartphone-reparation-reconditionne

En obtenant une levée de 276 millions d’euros, la firme atteint ce statut et confirme la vitalité du secteur. Tout en se félicitant d’avoir atteint cette étape, Back Market s’inquiète de la volonté d’appliquer la redevance pour copie privée aux produits reconditionnés, malgré l’arrivée prochaine des French Days qui devrait conduire chez cet acteur à une forte hausse des ventes.

Taxe copie privée et produits reconditionnés

Cela fait des mois que les acteurs alertent sur cette menace qui pèse selon eux sur leur modèle économique. Le secteur est à faible marge et l’ajout de la taxe copie privée ferait grimper les prix des appareils reconditionnés d’au moins 10%, au risque de fragiliser la demande.

Le secteur critique une mesure qui reviendrait à prélever une redevance deux fois sur le même produit : à l’état neuf d’une part et sur le marché du reconditionné d’autre part, là où nombre de plates-formes en ligne vendant des produits en import échappent à toute redevance.

Dans un communiqué collectif, les acteurs mettent en avant le risque de la perte de milliers d’emplois et celui du frein à la réduction de l’impact environnemental du numérique, alors que des initiatives gouvernementales sont mises en place pour la promouvoir.

Ils placent le gouvernement face à ses contradictions, entre volonté de taxer et promotion de l’allongement des cycles de vie des appareils électroniques, et demandent une exonération complète de la taxe copie privée pour les produits reconditionnés.