Le réseau social LinkedIn constitue un excellent moyen d’entrer en contact avec des professionnels pour se faire connaître, trouver la perle rare ou bien entrer dans un réseau de connaissances. Pour rappel, il s’agit d’un réseau social professionnel en ligne qui a été créé en 2002 aux USA, et racheté en 2016 par Microsoft pour un montant de 23,4 milliards d’euros. A la fin de l’année 2020, le réseau revendiquait avoir franchi le cap des 700 millions de comptes.

LinkedIn fonctionne sur un principe différent des classiques réseaux sociaux, étant donné que pour entrer en contact avec un professionnel, il faut le connaître auparavant ou qu’une de nos connexions intervienne. C’est le principe également du réseautage, qui permet la mise en relation professionnelle entre plusieurs personnes.

LinkedIn est utilisé uniquement au niveau professionnel afin de trouver du travail, développer le business. Il est également très utilisé par les entreprises et cabinets RH à la recherche de profils d’exception, un moyen idéal pour les fameux chasseurs de têtes de trouver le bon profil.

Toutefois, avec le confinement et la multiplication des outils d’automatisation, les demandes d’invitation, pas toujours pertinentes ou consistantes, se sont multipliées, au risque de devenir une gêne pour les utilisateurs, lassés de recevoir de (trop) nombreuses invitations chaque jour.

linkedin

Le réseau social, conscient du problème, a décidé de prendre le problème à bras le corps et a déployé une mise à jour depuis le début du mois de mai qui conduit à limiter le nombre hebdomadaire d’envois d’invitations sur LinkedIn par compte.

De plusieurs centaines d’invitations par semaine jusqu’à présent, le volume maximum est désormais passé à cent et la limitation concerne tous les types de comptes LinkedIn, quels que soient les paramètres choisis.

Comme d’autres canaux, le réseau social tente de trouver un équilibre entre la formidable opportunité d’obtenir des contacts B2B à l’échelle mondiale et l’envoi massif de requêtes tous azimuts qui peut amoindrir l’expérience générale, ce que certains considèrent même comme une forme de spam.

Malgré tout, si la plupart des outils d’automatisation vont se trouver limités par cette mise à jour, certaines solutions parviennent encore à contourner le bridage des envois d’invitations et à maintenir un haut niveau de prospection sur LinkedIn. Le classique jeu du chat et de la souris !