L’opérateur Bouygues Telecom a présenté de solides résultats financiers pour le premier trimestre 2021 avec des ventes en progression de 17%, à 1,7 milliard d’euros, et un bénéfice net de 80 millions d’euros.

La crise du coronavirus a peut-être entamé les revenus issus de l’itinérance mais l’opérateur a continué d’engranger de nouveaux abonnés tant dans le mobile que dans le fixe.

Il profite désormais d’une base de 14,3 millions de clients mobiles (grâce à la récupération des marques d’Euro-Information Telecom, récemment acquis) et 4,3 millions de clients fixes, dont 1,8 millions en fibre (+190 000 recrutés au premier trimestre).

Le désir de 5G se fait attendre

Si tout semble positif, le démarrage de la 5G semble pourtant poussif, de l’aveu même des dirigeants. Alors que Free a pris une claque en Bourse après avoir indiqué devoir augmenter ses investissements dans la 5G, Bouygues Telecom indique pour sa part que les débuts de la nouvelle technologie réseau sont très lents.

5G 1

Certes, le déploiement des réseaux ne fait que commencer et certaines grandes agglomérations ont démarré plus tard que d’autres mais le constat reste que la 5G n’attire pas encore les foules.

Olivier Roussat, son directeur général, relève ainsi que “la 5G représente moins de 1% du trafic sur le réseau, la perception pour le client n’est pas claire“, notamment du fait d’un manque d’usages différenciants.par rapport à la 4G.

La situation risque de perdurer puisqu’une différence sensible n’interviendra qu’avec la seconde étape du déploiement de la 5G…pas avant fin 2022.

En attendant, le consommateur ne se jette pas spécialement sur les smartphones et les forfaits 5G, faute d’y trouver un réel intérêt dans les usages grand public.