Pour le moment, SpaceX enchaîne les essais et vols en haute altitude avec des prototypes de Starship. Toutefois, Starship est l’étage supérieur d’un imposant système de transport qui sera appuyé par un premier étage – et booster – Super Heavy.

Dans un document déposé auprès de la Commission fédérale des communications aux États-Unis, une demande d’autorisation de SpaceX porte sur la possibilité d’utiliser des fréquences lors d’un vol orbital de Starship.

Ce vol orbital doit être le premier où SpaceX aura recours à son lanceur et vaisseau Starship associé au premier étage Super Heavy. Un ensemble qui culminera à plus de 120 mètres de haut.

starship-super-heavy

Pour relier le Texas et Hawaï

D’après le document, Super Heavy propulsera Starship depuis les installations et base de SpaceX à Boca Chica au Texas. La séparation avec le booster se produira après 170 secondes de vol et il effectuera ensuite un retour dit partiel pour se poser 8 minutes et 15 secondes après le lancement dans le golfe du Mexique, à environ 30 km de la côte.

Il est fait mention d’un touchdown et non d’un splashdown dans l’océan Atlantique pour le booster, ce qui laisse supposer un atterrissage sur une barge automatisée en mer.

starship-sn10

Pour l’étage supérieur Starship, la durée totale du vol sera de plus de 90 minutes. Il restera en orbite jusqu’à effectuer un amerrissage en douceur à environ 100 km de la côte nord-ouest de Kauai qui est l’une des îles principales de l’archipel d’Hawaï dans l’océan Pacifique.

Le document ne précise pas de date pour le vol d’essai orbital de Starship. Selon un email consulté par The Verge, il pourrait avoir lieu à tout moment au cours de l’année prochaine, avant le 1er mars 2022. L’altitude maximale atteinte par Starship serait de l’ordre de 115 km seulement.