Lors de sa keynote pour le Computex 2021, le CEO d’Intel, Pat Gelsinger, a estimé que la pénurie de semi-conducteurs qui touche actuellement plusieurs secteurs industriels, risque de perdurer plusieurs années.

Des investissements sont consacrés actuellement aux efforts d’agrandissement des usines de production et de construction de nouveaux sites mais ils ne donneront leurs effets que dans plusieurs trimestres.

Dans cette perspective et face à une demande qui ne diminuera pas entre-temps, le patron d’Intel réitère sa vision d’un retour à la normale qui ne se fera sans doute pas avant deux ans.

wafer

La crise sanitaire mondiale a dopé les usages en matière de télétravail et d’école à distance et déplacé les équilibres dans les chaînes d’approvisionnement. Comme d’autres géants de la production de puces, Intel a annoncé de gros investissements avec un programme de 20 milliards de dollars pour accroître ses capacités de production et construire deux sites en Arizona.

Il prévoit également d’ouvrir plus largement ses capacités de production à d’autres entreprises dans un effort pour reprendre des parts de marché face aux géants TSMC et Samsung, après avoir bataillé pour résoudre ses propres contraintes liées au retard de la mise en service de sa gravure en 10 nm.

Intel compte poursuivre l’installation d’usines aux Etats-Unis, dans un grand effort national de relocalisation de cette ressources sur le territoire national, et laisse la porte ouverte à un site sur le Vieux Continent, alors que l’Europe souhaite elle aussi redevenir une terre de production de puces avec gravure fine d’ici 2030.

Le discours n’est pas très différent de celui du fondeur taiwanais TSMC qui estimait en avril que les effets de la pénurie se feraient encore sentir en 2022 avant une amélioration l’année suivante.