le rachat de ARM par Nvidia (pas encore finalisé) peut faire craindre une prise de contrôle sur les architectures qui équipent les appareils mobiles, nombre d’équipements électroniques et désormais jusqu’aux ordinateurs et serveurs.

De quoi relancer les efforts de développpement autour de l’architecture alternative (et ouverte) RISC-V afin de créer un écosystème suffisamment fort pour entraîner une nouvelle dynamique, au-delà des simples contrôleurs pour capteurs et petits équipements.

L’entreprise SiFive veut porter ce projet et a recruté récemment son CEO, Patrick Little, parmi les vétérans de Qualcomm afin de pousser au développement de puces optimisées. Elle a d’ailleurs dévoilé avec OpenFive une base de SoC RISC-V gravé en 5 nm et équipé de mémoire HBM3.

SiFive logo 01

Ces manoeuvres en coulisse semblent intéresser Intel, soutien de l’architecture x86 des processeurs pour PC, qui, selon Bloomberg, a fait une offre de rachat sur SiFive pour plus de 2 milliards de dollars

Les deux enteprises restent muettes à ce sujet mais Intel ne serait pas seul à s’intéresser à SiFive. De son côté, cette dernière souhaiterait plutôt des prises de participation pour l’aider à se développer de façon indépendante qu’un rachat direct.

L’intérêt d’Intel pourrait aussi venir d’une recherche de nouveaux clients pour la mise à disposition de ses capacités de fonderie à des tiers. La nouvelle activité IFS (Intel Foundry Service) pourra produire des puces x86 mais aussi ARM pour les entreprises intéressées. Et pourquoi pas RISC-V ?