Entreprises, formez vos managers pour l'après-Covid ! Les collaborateurs réinvestissent peu à peu leurs bureaux, mais la crise du Covid-19 a laissé des traces. Déjà très sollicités pendant la pandémie, les managers vont devoir de nouveau être au rendez-vous pour accompagner la relance. Comment les préparer à leur nouveau rôle ? Sur quels sujets les former ?

Sensibiliser les managers à la fragilité psychologique

Deux millions : c’est le nombre de personnes en burn-out sévère, d’après un baromètre réalisé en mai 2021 par OpinionWay et le cabinet Empreinte Humaine. Un chiffre qui a doublé en un an. “Les managers doivent prendre en compte cette donnée lorsqu’ils accueilleront leur équipe au bureau, notamment en pratiquant l’écoute active”, explique Patrick Abadie, président de Delville Management. Les dispositifs d’écoute et d’assistance mis en place par les entreprises et la médecine du travail doivent également être rappelés au bon souvenir des managers.

Pour l’ère post-Covid, les managers doivent se former au management par le soutien

D’une manière générale, les initiatives pour aider la ligne managériale à soutenir les équipes ne doivent pas être isolées, “mais s’inscrire dans un plan de sortie plus vaste”, insiste Bruno Mettling, ex-directeur général adjoint en charge des RH d’Orange, à la tête du cabinet de conseils Topics. Et pour cause : “La crise a provoqué un choc psychique d’une ampleur inédite. C’est donc important que les directions générales des entreprises portent un discours rassurant et que la mobilisation soit générale”, précise-t-il. D’autant plus que les managers font eux-mêmes partie des populations les plus fragiles : d’après l’étude, 52% seraient en détresse psychologique.

Adopter une nouvelle posture de manager

Après avoir passé un an en télétravail, les salariés formulent de nouvelles attentes en matière de flexibilité, d’articulation entre leur vie professionnelle et personnelle, de qualité de vie… Puisque la nouvelle organisation du travail s’oriente vers des modalités hybrides, mélangeant présentiel et distanciel, c’est toute leur posture que les managers vont devoir réinventer. Pour Bruno Mettling, cette évolution est l’occasion de transformer la culture d’entreprise. “Les modèles d’organisation basés sur le “command and control”, qui s’appuient sur l’excès de reporting et l’atteinte d’objectifs uniquement quantitatifs a montré toutes ses limites lorsque le travail s’est déroulé à distance.

Les initiatives pour aider la ligne managériale à soutenir les équipes ne doivent pas être isolées

Pour l’ère post-Covid, les managers doivent se former au management par le soutien. Ils doivent apprendre à rendre leur équipe autonome, à favoriser la collaboration et l’échange entre pairs. C’est l’ère de la co-construction”, explique-t-il. Un avis partagé par Patrick Abadie. “La crise a sonné le glas des managers autoritaires qui sont réfractaires au télétravail. Elle fait émerger une nouvelle génération de managers plus humains, qui accordent d’emblée leur confiance à leur équipe”, indique-t-il.

Piloter différemment pour favoriser la reprise d’activité

Pendant les confinements successifs, les managers n’ont eu d’autre choix que de laisser leurs collaborateurs travailler en toute autonomie. Ce qui n’a pas déplu aux principaux intéressés. Sur ce point, il n’y aura pas de retour en arrière. Pour s’adapter à cette nouvelle réalité de l’ère post-Covid, le pilotage doit donc, lui aussi, subir un lifting.

“Faire appel aux émotions des managers en leur proposant d’assister à des séminaires inspirants”

Le rôle du manager est désormais de donner un cap. “Les managers ont tout intérêt à passer d’un pilotage basé sur le présentéisme à un pilotage qui s’appuie sur l’activité, le delivery. Cela signifie convenir d’une mission avec ses collaborateurs ainsi que d’un délai et leur laisser suffisamment de liberté et d’autonomie pour l’effectuer”, indique Bruno Mettling. En d’autres termes : cela revient à capitaliser sur l’intelligence collective. En plus d’ouvrir des espaces de liberté aux collaborateurs et de leur donner de la satisfaction, ce mode de pilotage s’avère plus agile pour les équipes de travail. Un critère essentiel lorsqu’il s’agit d’appréhender, en tant que manager, les fluctuations d’un environnement post-crise et de relancer l’activité si cette dernière a été fortement impactée par la pandémie.

Courir les séminaires pour impulser le changement

Pour aider les managers à basculer dans l’ère post-Covid, les entreprises ont tendance à renvoyer leurs managers sur les bancs de l’école. D’autres apprentissages, parfois plus impactants, peuvent s’avérer efficaces dans le contexte actuel. Les associations professionnelles et métiers (Croissance Plus, l’AFMD, le réseau GERME, la DFCG…) organisent régulièrement des colloques au cours desquels la parole est donnée à des spécialistes des situations de crise, des sportifs de haut niveau, des hauts gradés, des entrepreneurs, des hommes politiques…

“Apprendre à faire confiance lorsqu’on est manager, ça ne s’apprend pas au cours d’une formation de deux jours. Pour marquer leurs esprits, il faut faire appel à leurs émotions, par exemple en leur proposant d’assister à des séminaires inspirants. C’est en prenant le temps de sortir de l’opérationnel, en prenant de la hauteur sur leur sujet, en écoutant les retours d’expérience de leurs pairs qu’ils réussiront à trouver des solutions pour modifier leur approche. Ces séminaires inspirationnels valent toutes les formations du monde et donnent souvent une impulsion aux managers qui souhaiteraient changer leur posture”, illustre Patrick Abadie.