Le département de la Défense des États-Unis (DoD) a finalement décidé d’annuler le contrat cloud Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI). Pour la modernisation de son infrastructure de cloud computing et d’un montant de jusqu’à 10 milliards de dollars sur plusieurs années, ce gros contrat JEDI avait été attribué à Microsoft en 2019.

Selon le Pentagone, la situation a évolué avec les progrès de l’industrie dans le cloud computing, de même que ses exigences et le contrat cloud JEDI ne répond plus à ses besoins. Il évoque un nouveau contrat Joint Warfighter Cloud Capability (JWCC) avec le concours de plusieurs entreprises.

Le ministère américain indique avoir l’intention de demander des propositions à Microsoft et Amazon Web Services qui sont présentés comme des fournisseurs de services cloud capables de répondre à ses exigences.

pentagone

Microsoft accepte mais tacle Amazon

Le contrat JEDI avait pris du retard avec la contestation d’Amazon pour son attribution à Microsoft qui avait engagé une action en justice. Amazon avait notamment laissé entendre des pressions exercées par le président des États-Unis de l’époque Donald Trump.

Dans une réaction, Microsoft déclare respecter et accepter la décision du DoD. ” Il est clair que le DoD fait confiance à Microsoft et à notre technologie, et nous sommes convaincus que nous continuerons à avoir du succès alors que le DoD sélectionne des partenaires pour de nouveaux travaux.

Le groupe de Redmond pointe toutefois Amazon du doigt. ” Le DoD a été confronté à un choix difficile : poursuivre ce qui pourrait être une bataille juridique de plusieurs années ou trouver une autre voie. La sécurité des États-Unis est plus importante que n’importe quel contrat.