La pénurie de semi-conducteurs impacte de multiples secteurs industriels parmi lesquels le secteur automobile, avec des mises au ralenti de la production de véhicules faute de disposer des puces nécessaires.

La pandémie, avec la montée des usages de télétravail et d’école à distance, et certains secteurs à très forte demande (cloud, 5G, IA) ont déséquilibré la production de composants électroniques, a estimé Pat Gelsinger, CEO d’Intel.

Wafer

La pénurie généralisée devrait commencer à se tasser durant le second semestre de l’année mais il faudra un à deux ans pour que l’offre soit à même de répondre à la demande, à la faveur de l’augmentation des capacités de production et de la création de nouvelles usines.

La pénurie pourrait donc avoir des effets jusqu’en 2023, alors que des efforts se mettent en place dès à présent pour y remédier. Intel a déjà annoncé plusieurs propositions avec de gros investissements pour bâtir des usines permettant une production gravée en 7 nm en Arizona.

Elle remet aussi en forme un service de fonderie personnalisé pour des entreprises tierces et en ne se focalisant pas uniquement sur son architecture x86. Après avoir réservé ses moyens de production à ses propres produits, Intel compte ainsi se présenter comme une alternative potentielle aux grands fondeurs comme TSMC ou Samsung.