D’après la cinquième édition de l’Observatoire-Place de la Santé de la Mutualité française, la santé mentale des Français s’est dégradée depuis le début de la pandémie. Une personne sur cinq est aujourd’hui touchée par un trouble psychique – soit 13 millions d’individus.

La distanciation sociale, ainsi que le travail et l’enseignement à distance, représentent en effet des facteurs d’isolement significatifs ; et les cas d’épuisement professionnel ont ainsi doublé en un an dans l’Hexagone pour atteindre 2 millions de citoyens en burn-out sévère selon OpinionWay.

Les causes des burn-outs sont très nombreuses et nécessitent une attention portée à chaque employé. Compte tenu du contexte des dix-huit derniers mois, il est tout à fait compréhensible que des collaborateurs se sentent épuisés. Cette situation est notamment fréquente chez les employés dont les circonstances personnelles peuvent être complexes, ou dont des responsabilités supplémentaires ont conduit à des environnements de télétravail plus stressants ; comme s’occuper de jeunes enfants ou aider des proches. De plus, les personnes vivant dans des logements exigus, ou en colocation, doivent essayer de se créer un environnement de travail à domicile convenable ; ce qui peut être source de friction au sein des foyers. 

A chaque cas, une solution adaptée

Face à cette situation, des employeurs profitent de la période estivale pour inciter ces employés à prendre des jours de congés ou des vacances plus longues qu’habituellement. Seulement, si cette proposition part d’un bon sentiment, elle ne résout pas les causes des burn-outs.  En effet, chaque collaborateur a un ensemble unique de circonstances et gère le stress différemment. Il serait donc préférable de comprendre chaque situation particulière et les besoins de chaque employé, afin de les soutenir au mieux. Pour ce faire, les managers doivent être en contact étroit avec tous les membres de leurs équipes pour identifier ceux à risque, ou les personnes montrant déjà des signes d’épuisement psychologique. Des congés supplémentaires ne représentent pas le moyen optimal de résoudre la fatigue mentale de tous.

Sans compter que certains secteurs ne peuvent pas se permettre d’avoir des équipes en sous-effectifs actuellement. De nombreuses entreprises ont ainsi connu des difficultés pendant la pandémie, du fait notamment des restrictions sanitaires, et, alors que l’économie reprend, des congés supplémentaires pourraient impacter négativement le chiffre d’affaires. De plus, avec un retour au bureau progressif, certains membres du personnel apprécient de retrouver cette routine et le lien social physique avec leurs collègues. Travailler en présentiel soulage le stress pour beaucoup et réduit le sentiment de burn-out. Les employeurs doivent par conséquent s’efforcer de créer une solution qui offre un équilibre à la fois pour l’employé et l’organisation.

Il est important que les managers continuent de veiller au bien-être de l’ensemble des collaborateurs, qu’ils travaillent avec eux à distance ou directement en personne. Ce n’est que de cette manière que les besoins individuels qui demandent une attention particulière peuvent être pris en charge de manière optimale, y compris le burn-out.