D’ici 2025, le marché de l’EdTech mondial devrait représenter 500 milliards de dollars. Pourtant, le secteur de l’éducation en France ne fait pas office de bon élève lorsqu’il s’agit d’innovation et de transformation digitale.

Avec près de 1,3 milliards de jeunes confinés à travers le monde lors des différents confinements, l’école à distance est devenue une nécessité pour maintenir l’apprentissage. Comme tout secteur, les startups hexagonales de la EdTech ont été boostées par l’urgence d’apporter des solutions technologiques pour soutenir l’école, le corps professoral, mais également les formations en entreprise.

Le paysage éducatif français : une transformation en faveur de l’innovation

Trop longtemps freiné par des problématiques structurelles et culturelles, la transformation digitale dans le secteur de l’éducation a peiné à trouver son rythme de croisière. En outre, les EdTech tricolores souffraient cruellement d’un manque de soutien de la part des institutions gouvernementales et d’investissements financiers (du secteur privé). Toutefois, la pandémie a mis en exergue les défaillances de la numérisation du système éducatif. En effet, il existe des inégalités des outils et des moyens digitaux mis à disposition pour l’éducation, ainsi que dans la formation des enseignants et des élèves pour les études à distance. Ainsi, les startups de la EdTech sont devenues une véritable bouée de sauvetage avec pour seul objectif de proposer des technologies qui répondent aux besoins émergents. Tout le secteur est en émoi face à des initiatives qui se sont multipliées durant les différents confinements, à l’image de l’association EdTech France qui a proposé gratuitement plus de 200 solutions développées par des startups françaises comme Klaxoon ou Learn and Go.

Cette ode à l’éducation pousse un grand nombre d’acteurs à innover, et ce de manière exponentielle. À titre d’exemple, l’association EdTech France comptabilise près de 300 membres actifs et plus de 500 acteurs, répartis dans plusieurs domaines (le scolaire, l’enseignement supérieur et la formation) d’après l’Observatoire EdTech. Ce développement a été favorisé par l’intérêt grandissant des investisseurs pour le secteur de la EdTech en France. De nombreuses levées de fonds tricolores ont déjà marqué le début de cette année comme avec GoStudent et ses 205 millions d’euros et aujourd’hui considérée comme la licorne EdTech la mieux valorisée d’Europe. La EdTech et le secteur de l’éducation retrouvent ainsi leurs lettres de noblesse à travers un marché dynamique, soutenu par les pouvoirs publics et marqué par des acteurs actifs donnant de l’élan à d’autres jeunes pousses.

La EdTech : une solution durable pour façonner le monde d’après ?

Peut-on alors parler d’une transformation digitale incrémentale pour le secteur de l’éducation ou au contraire celui-ci reviendra-t-il à ses vieux cartables ? Agilité et nouvelles méthodes de travail sont alors les maîtres-mots pour réussir son adaptation dans le monde d’après. Les entreprises, tout comme les enseignants, adoptent l’hybridation du quotidien partagés entre présentiel et distanciel où le digital est omniprésent. Ces nouvelles formes de collaboration deviennent-elles de nouvelles normes ? Ces changements structurels viennent renforcer des thématiques déjà bien présentes en entreprise comme le bien-être au travail, la diversité ou encore l’inclusion qui sont au cœur de l’évolution de notre société. Le seront-elles pour nos nouveaux modèles d’apprentissage ? Si le secteur de la EdTech crée de nouvelles opportunités d’apprentissage pour les étudiants, elle va devoir faire preuve de pédagogie pour accompagner les enseignants dans ce changement. Il est impératif d’éviter la fracture numérique en déployant des technologies accessibles à tous et adaptées aux environnements de chacun.

Si la crise stimule l’innovation dans le secteur éducatif, les startups de la EdTech auront comme défi de réussir à allier croissance et rentabilité pour continuer de se développer et d’émerger dans le monde d’après. À ce titre, des initiatives financières se développent, comme la Banque des Territoires qui lance une coalition en soutien aux startups françaises du secteur de la EdTech et de l’éducation. Le rapprochement entre entreprises et EdTech de l’éducation et de la formation est inévitable. En effet, on assiste à un consensus en faveur de la transformation numérique. L’année 2021 confirme l’importance des EdTech, un secteur qui demande une coalition des différents acteurs, financiers, gouvernementaux ou encore privés, pour mener à bien l’innovation. Entre cours traditionnels et environnements de travail digitalisés, la rentrée s’annonce surprenante.