Les services de police sont en pleine transformation numérique, mais comme dans de nombreux secteurs, ils doivent faire face au manque de personnel.

Alors que les agents expérimentés partent à la retraite, les agences travaillent d’arrache-pied pour construire la prochaine génération de sécurité publique, inspirée par les valeurs de ses plus jeunes recrues.

Plusieurs facteurs clés convergent pour créer le nouveau visage de la police, au bénéfice des agents et des communautés qu’ils protègent. Il s’agit notamment de l’arrivée de jeunes talents, grands utilisateurs de nouvelles technologies, de la vitesse de connexion de connectivité sans fil, ainsi que de la capacité des terminaux mobiles permettant aujourd’hui d’accroître l’efficacité et de rationaliser les communications.

Un lieu de travail révolutionné 

Si les Milléniaux sont légèrement plus nombreux que les Baby-Boomers, la génération Z est un peu moins nombreuse. En outre, le manque de personnel à laquelle est confrontée la police pourrait avoir un impact durable, le nombre de départs à la retraite étant supérieur à celui des naissances.

Aujourd’hui, le défi pour les services de l’ordre est de savoir comment capter l’intérêt des jeunes candidats sur un marché du travail compétitif et de soutenir le développement de nouveaux talents à mesure que les membres de la génération Z atteignent les premières années de leur carrière. Pour séduire les jeunes recrues, il faut d’abord comprendre leurs besoins et leurs attentes. 

Les Milléniaux ont apporté un nouveau niveau de technicité sur le lieu de travail. Désormais, la génération Z est en train de le révolutionner. Étant la première génération à être baignée à 100% dans la technologie, les membres de la génération Z attendent des employeurs de tous secteurs confondus la mise en œuvre de la même technologie qu’ils ont pris l’habitude d’utiliser dans leur vie quotidienne.

La technologie est désormais un élément fondamental du travail de la police et peut véritablement faire la différence lors du recrutement de nouveaux agents. En effet, 91 % des membres de la génération Z ont déclaré que le niveau de sophistication technologique influence leur intérêt pour un employeur potentiel. Les agences et les services qui investissent dans la technologie seront les mieux placés pour attirer les jeunes lorsqu’ils entrent dans la vie active.

La connectivité moderne pour un travail plus rapide et plus sûr 

Les technologies sans fil émergentes permettront de créer un écosystème policier encore plus puissant. Selon une étude de Zebra sur l’avenir des opérations sur le terrain, 91 % des personnes interrogées dans le domaine de la sécurité publique ont indiqué que les réseaux sans fil 4G/5G sont à l’origine de nouveaux investissements technologiques. Les agences introduisent de nouveaux outils pour accroître la sécurité des agents, améliorer la perception de certaines situations, ainsi que renforcer le contrôle.

Les agences de sécurité publique d’aujourd’hui s’appuient sur un volume élevé de données et d’informations visuelles. Avec la connectivité 4G – et à terme 5G – les services devraient avoir la capacité de collecter et d’analyser des informations à large bande passante comme les données vidéo et de localisation, afin de les transmettre aux agents sur le terrain. Munis de ces informations, les agents peuvent mieux se préparer à répondre à un appel en visualisant les événements en temps réel avant d’arriver sur les lieux.

Les dispositifs informatiques mobiles accélèrent également la consultation des bases de données et fournissent aux agents des informations en temps réel sur l’affaire en cours. Lors d’un contrôle routier, par exemple, l’accès à un système de dossiers numériques en temps réel peut aider à identifier une situation potentiellement dangereuse avant que les agents ne procèdent eux-mêmes au contrôle. 

Mobiliser les forces de l’ordre à l’aide de tablettes de nouvelle génération 

Les jeunes générations s’attendent à pouvoir travailler de n’importe où, et elles attendent de plus en plus des services qu’ils leur fournissent les outils nécessaires pour rester mobile et connecté. De nombreux agents se sont appuyés sur leurs smartphones personnels pour les aider à faire leur travail. Malheureusement, ces appareils grand public ne sont pas à la hauteur des besoins quotidiens des services de l’ordre.

Pour créer et maintenir le plus haut niveau de service public, les services de police de tout le pays mettent à niveau les technologies obsolètes. De nombreuses agences remplacent les ordinateurs portables par des tablettes robustes à écran tactile ou des tablettes 2-en-1 qui favorisent la mobilité et permettent aux policiers de faire leur travail où qu’ils se trouvent. 

Grâce à la puissance de l’edge computing, les agents disposent des ressources du commissariat ainsi que de la mobilité qu’offre un véhicule de police, créant ainsi un bureau connecté sur roues. Lorsqu’ils doivent quitter la voiture, la tablette connectée peut facilement les suivre, leur offrant une flexibilité et des fonctionnalités supérieures à celles d’un ordinateur portable ou d’un smartphone. Une tablette unique qui consolide les communications, la gestion des dossiers, la collecte de preuves et d’autres fonctions essentielles est idéale pour le policier moderne. Ces dispositifs plaisent aux natifs du numérique car ils sont non seulement simples à utiliser et intuitifs, mais aussi suffisamment flexibles pour s’adapter à tous les environnements dans lesquels les agents peuvent être amenés à se rendre. De nombreux policiers utilisent déjà des tablettes pour remplir des fonctions essentielles, notamment pour réaliser des photos, prendre les dépositions des victimes, consulter les dossiers d’arrestation, recueillir des preuves, etc.

À l’heure où les services sont aux prises avec des budgets serrés et où les cycles de rafraîchissement des technologies sont repoussés, la durabilité des terminaux devient essentielle. La capacité à résister aux chutes et à une utilisation intensive sans que les écrans ne se fissurent ou que d’autres réparations coûteuses ne soient effectuées est cruciale, tout comme l’autonomie de la batterie. Dans le même temps, des protections améliorées en matière de cybersécurité sont essentielles pour aider à prévenir les attaques de logiciels malveillants qui peuvent potentiellement compromettre les données précieuses de la police.

Recadrer le rôle de la police au sein de la communauté

Alors que le nombre de jeunes officiers sur le terrain continue d’augmenter et, avec lui, leurs idées préconçues sur la technologie, le travail de la police évolue également. L’accent est mis sur l’instauration de la confiance et le renforcement des liens communautaires. L’un des meilleurs moyens d’y parvenir est de libérer les agents de l’enceinte des voitures et des postes de police afin qu’ils s’engagent davantage dans les quartiers de proximité. 

Équipés de tous les outils d’information et de communication dont ils ont besoin, les agents peuvent aller à la rencontre de la communauté pour apprendre et comprendre son rythme, partager des statistiques essentielles et travailler main dans la main avec les dirigeants locaux pour améliorer la qualité de vie dans le quartier.

Combler le fossé entre les générations

Dotés d’un esprit d’entrepreneur, les membres de la génération Z sont intéressés par des carrières qui leur donnent la liberté de s’exprimer et d’acquérir de nouvelles compétences. Ils peuvent s’adapter rapidement à de nouveaux processus sans grande courbe d’apprentissage étant confrontés à des technologies familières sur le lieu de travail. Reconnaissant intuitivement les avantages de la technologie, ils sont aussi généralement plus ouverts à l’évolution, ainsi qu’à la mise en œuvre et à la formation à de nouvelles solutions en cours de route.

Les agents plus expérimentés peuvent hésiter à abandonner les processus manuels au profit de solutions numérisées et de dispositifs portables. Une formation adéquate peut toutefois faire toute la différence pour les convaincre. Tout comme pour l’introduction de solutions antérieures, tels que les systèmes de caméras embarquées, la mise en pratique s’est montrée positive. La connectivité améliore la sécurité au travail ainsi que la capacité des agents à protéger et à servir.