La semaine prochaine, Blue Origin prévoit un vol NS-17 pour son lanceur réutilisable et sa capsule New Shepard. Cette fois-ci, c’est un vol suborbital qui ne sera pas habité contrairement au vol NS-16 qui était le premier du genre le 20 juillet dernier et avait été très médiatisé.

Depuis le site Launch Site One au Texas, la 17e mission de New Shepard sera aussi le quatrième lancement de l’année pour ce type de fusée. Elle transportera 18 charges utiles commerciales dans la capsule d’équipage, dont plusieurs avec le soutien de la Nasa.

Il y aura également ce qui est présenté comme une installation artistique à l’extérieur de la capsule avec une série de trois portraits peints sur des éléments par un artiste ghanéen.

Avec une charge utile importante pour la Nasa

À l’extérieur du booster, l’installation d’une charge utile permettra en outre au vol NS-17 de tester des technologies d’alunissage de la Nasa afin d’aider des engins spatiaux à se poser de manière plus précise sur la Lune.

blue-origin-ns-13-nasa-lune

C’est la deuxième fois qu’un vol de New Shepard embarquera une telle démonstration de technologie d’atterrissage lunaire de la Nasa. Plutôt cocasse alors que Blue Origin a récemment décidé de poursuivre la Nasa en justice pour avoir choisi SpaceX comme son seul fournisseur pour un atterrisseur lunaire basé sur Starship.

Blue Origin indique qu’à ce jour, New Shepard a transporté plus d’une centaine de charges utiles dans l’espace au cours de 11 vols.