240 000 milliards de wons, soit l’équivalent de plus de 200 milliards de dollars ou près de 180 milliards d’euros, c’est le montant que veut consacrer le groupe Samsung ces trois prochaines années pour se renforcer dans différents secteurs clé amenés à devenir incontournables.

Plusieurs domaines sont ainsi visés : la biopharmaceutique, l’intelligence artificielle, la robotique et la fabrication de puces électroniques, ce dernier secteur prenant une valeur particulière au regard de la pénurie mondiale de semi-conducteurs et de la rivalité avec le fondeur taiwanais TSMC dans la production de composants aux noeuds de gravure les plus fins.

Wafer

Une grosse partie de cet investissement doit se jouer en Corée du Sud, sous forme de création de nouveaux sites et avec le recrutement prévu de 40 000 collaborateurs.

Samsung explique cet investissement massif par sa volonté de rester leader dans ses segments car la perte de leadership est ensuite très difficile à surmonter. Le groupe le présente ainsi comme une “stratégie de survie” pour résister à la concurrence.

Le projet prévoit aussi la nécessité de consolider ses positions par des fusions et acquisitions. Il y a quelques semaines, la presse coréenne se faisait l’écho d’un intérêt de Samsung pour le groupe européen NXP Semiconductor en vue de mettre la main sur ses puces pour le secteur automobile, très en vogue actuellement.

En avril, TSMC avait annoncé un plan de 100 milliards de dollars pour renforcer ses capacités de production de puces. Plusieurs projets de créations d’usines sont en cours, Intel ayant également annoncé des investissements pour plusieurs sites.