On le sait tous, Elon Musk, dirigeant de SpaceX, souhaite envoyer rapidement un équipage sur la planète rouge dans l’espoir de la coloniser. Mais tout n’est pas si simple, un gros problème reste à résoudre, celui de la santé des astronautes.

L’espace est un lieu hostile soumis à de nombreuses radiations. De même, à la différence de la Terre, Mars est dépourvue d’atmosphère, ce qui sous-entend qu’il n’y a quasi aucune protection pour les humains contre ces rayonnements, ce qui pourrait conduite dans les deux cas à de graves conséquences comme des cancers, des troubles cérébraux, etc.

mars 2030

Les scientifiques affirment que la mission resterait possible malgré toutes ces contraintes et ils se sont intéressés à la meilleure période pour aller coloniser la planète.

Il y a deux types de radiation dans l’espace. Les GCR, Galactic Cosmic Rays, qui proviennent de l’extérieur de notre système solaire et les SEP, Solar Energetic Particle, qui proviennent de notre soleil.

Selon une étude, et assez paradoxalement, le meilleur moment de s’envoler serait lorsque notre étoile est la plus active et qu’elle émette le plus d’émissions radioactives. En effet, ces dernières protégeraient l’équipage contre les GCR qui sont beaucoup plus dangereux.

Pour ce faire, il suffirait donc de protéger la navette contre les SEP et de voyager pendant un pic d’activité solaire. Et, avec nos technologies actuelles, il faudrait limiter le séjour à 4 ans maximum.

nasa-ingenuity-mars-helicoptere

Pour effectuer cette mission, la période la plus adaptée devrait se situer vers 2030 ou encore 2050. Cette dernière date correspond au plan de colonisation d’Elon Musk.