Avec la gamme de processeurs Epyc, AMD a fait une incursion remarquée dans le segment des processeurs pour serveurs, très fortement dominé par Intel et ses puces Xeon.

Profitant des difficultés de ce dernier pour finaliser sa gravure en 10 nm, ce qui l’a obligé à prolonger le cycle du 14 nm, AMD a constitué une offre forte dans ce domaine en mettant en avant ses architectures Zen et en profitant de gravures plus fines fournies par le fondeur taiwanais TSMC.

AMD Epyc Rome

Si les processeurs Epyc de première génération ont ouvert une brèche, la gamme suivante, Epyc Rome, a consolidé les positions et permis à la firme de commencer à prendre des parts de marché en s’invitant dans les serveurs mais aussi les supercalculateurs.

La troisième génération, Epyc Milan, profite de l’architecture Zen 3 pour continuer de s’imposer alors qu’Intel commence seulement à aligner une offre Xeon gravée en 10 nm avec Ice Lake-SP.

Nouveau record pour les Epyc d’AMD

Selon le cabinet Omdia, les processeurs AMD Epyc ont obtenu au deuxième trimestre 2021 une part de marché record de 16%, profitant de la demande de fournisseurs de services cloud à grande échelle comme Google.

Le secteur n’est pourtant pas épargné par la pénurie de semi-conducteurs et donc de composants comme les circuits PMIC de gestion de la consommation d’énergie. Il y a aussi la concurrence grandissante des processeurs pour serveurs avec architecture ARM, privilégiée par certains grands fournisseurs de cloud comme Amazon.

Malgré les points de résistance et grâce à une demande forte sur le cloud et l’intelligence artificielle, le marché des serveurs devrait progresser en valeur de 11% sur un an pour atteindre 92 milliards de dollars.